IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les enfants qui utilisent des smartphones plus tôt deviennent des adultes à la santé mentale plus fragile,
Selon Sapien Labs

Le , par Bruno

11PARTAGES

7  0 
on Haidt et Zach Rausch rapporte les résultats d’une étude de Sapien Labs sur le lien entre l’âge d’obtention du premier smartphone et la santé mentale des jeunes adultes. Les chercheurs de Sapien Labs ont interrogé près d’un million de participants dans le monde, dans différentes langues, et ont trouvé un schéma cohérent : plus l’âge du premier smartphone est bas, plus la santé mentale actuelle est mauvaise. Ce lien est plus fort pour les femmes que pour les hommes.

Les auteurs expliquent que le smartphone expose les enfants à des risques tels que les réseaux sociaux, la pornographie, le cyberharcèlement, le manque de sommeil et l’isolement social. Ils proposent des recommandations pour les parents, les écoles et les législateurs afin de protéger les enfants des effets néfastes du smartphone. Ils concluent que le smartphone est une expérience sociale sans précédent qui nécessite une vigilance et une régulation accrues.


Sapien Labs est une fondation de recherche à but non lucratif dont l'objectif est de comprendre comment l'évolution rapide de l'environnement social et technologique modifie les cerveaux et les esprits humains. Son principal projet de recherche est le Global Mind Project, un programme permanent qui suit le bien-être mental dans le monde entier à l'aide d'une évaluation complète de la santé mentale et de questions sur la démographie et divers facteurs culturels, technologiques et liés au mode de vie. Le projet a publié divers rapports sur l'état de la santé mentale dans le monde. L'une de leurs principales conclusions est que, dans toutes les régions qu'ils ont étudiées, la santé mentale est la plus mauvaise pour les jeunes générations.


Ce n'était pas le cas auparavant. La recherche sur le bonheur a permis de constater que, dans presque tous les pays, le bonheur ou le bien-être forme une courbe en forme de U tout au long de la vie. Les jeunes adultes et les personnes âgées de 60 à 70 ans sont plus heureux que les personnes d'âge moyen. Mais cela pourrait être en train de changer, en particulier pour les femmes, à mesure que la génération Z (née en 1996 et après) entre dans le jeune âge adulte.

Par exemple, la figure ci-dessous montre que jusqu'en 2011, les jeunes femmes canadiennes étaient les plus susceptibles de déclarer avoir une excellente ou une très bonne santé mentale. En 2015, elles étaient les moins susceptibles de le faire, et le déclin de leur santé mentale auto déclarée s'est ensuite accéléré, alors qu'il n'a que très peu changé pour les femmes plus âgées. (La même tendance s'observe chez les hommes canadiens, mais à un degré moindre).

Pourcentage de femmes canadiennes déclarant avoir une excellente ou une très bonne santé mentale, par groupe d'âge. Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (2003-2019). Graphique réalisé par Zach Rausch


Pourquoi en est-il ainsi ? Qu'est-ce qui a changé au début des années 2010 et qui aurait pu réduire rapidement la santé mentale des adolescents du monde entier, avec un impact plus important sur les filles ?

Sapien Labs a décidé de tester l'hypothèse du smartphone en ajoutant une question sur l'âge auquel les personnes ont acquis leur premier smartphone (ou tablette). Est-ce une coïncidence si la première génération mondiale à avoir grandi avec des smartphones est devenue la première génération mondiale à avoir un bien-être inférieur à celui de la génération précédente ?

Sapien Labs utilise une évaluation complète du bien-être mental qui interroge les participants sur 47 éléments du fonctionnement mental, social et émotionnel sur une échelle d'impact sur la vie. Ces 47 éléments sont regroupés en un score unique appelé quotient de santé mentale (QSM), qui accorde une importance accrue aux schémas indiquant des problèmes graves. Il utilise également des sous-ensembles de ces 47 éléments pour créer des scores dans six domaines : Humeur et perspectives, Socialité, Adaptabilité et résilience, Dynamisme et motivation, Cognition et Connexion corps-esprit.

La figure présente le résultat le plus simple du rapport : les réponses des quelque 28 000 participants qui ont répondu à la question du « premier téléphone », tous pays confondus, ont été représentées graphiquement.

Plus l'âge du premier smartphone augmente, plus la santé mentale déclarée par les jeunes adultes, évaluée par le MHQ, s'améliore. Données de Sapien Labs


Comme vous pouvez le constater, les personnes interrogées qui ont obtenu leur premier smartphone avant l'âge de 10 ans s'en sortent moins bien, en moyenne, que celles qui n'en ont eu un qu'à l'adolescence. Les répondants les plus sains mentalement sont ceux qui n'ont pas eu de téléphone avant la fin de leur adolescence. Vous pouvez également constater que la pente est plus raide pour les jeunes femmes que pour les jeunes hommes. Les femmes de la génération Z qui ont eu leur premier smartphone avant l'âge de 9 ans se trouvent en moyenne en zone négative.

La puissance et la contribution unique de l'ensemble de données de Sapien Labs proviennent de deux caractéristiques de leur travail : Premièrement, ils utilisent une mesure de la santé mentale beaucoup plus détaillée que celle utilisée dans la plupart des autres grandes enquêtes. La deuxième caractéristique importante est leur couverture internationale. Voici, ci-dessous, les six domaines qui composent le MHQ, d'abord pour l'échantillon mondial, puis pour la région et la culture que nous connaissons le mieux : l'anglosphère.

Domaines de fonctionnement

Comme vous le verrez si vous lisez le rapport complet, l'étape suivante après l'examen des scores globaux du MHQ consiste à examiner les scores des six domaines du fonctionnement mental :

  • Humeur et perspectives : comprend des questions sur l'optimisme, le calme, l'anxiété, les sautes d'humeur, la tristesse et la colère ;
  • Soi social : comprend des questions sur l'estime de soi, les relations avec les autres, l'empathie, la coopération et l'agressivité envers les autres ;
  • Adaptabilité et résilience : comprend des questions sur l'adaptabilité au changement, la capacité d'apprentissage et la résilience émotionnelle ;
  • Dynamisme et motivation : Comprend des questions sur la motivation, la curiosité, l'enthousiasme et les dépendances ;
  • Cognition : Comprend des questions sur la mémoire, la prise de décision et de risque, l'attention et la concentration, les pensées indésirables et les hallucinations ;
  • Connexion corps-esprit : Comprend des questions sur la qualité du sommeil, le niveau d'énergie, l'appétit et les problèmes de santé physique.

La figure montre que chez les jeunes femmes, les scores des six domaines présentent le même schéma de base que le MHQ : une augmentation constante. Il est également constaté que certains domaines semblent augmenter plus lentement ou se stabiliser quelque peu après l'âge de 13 ou 14 ans : le dynamisme et la motivation, la connexion corps-esprit et la cognition. Cependant, les trois autres dimensions continuent d'augmenter jusqu'à l'âge de 18 ans. Le domaine qui augmente le plus rapidement, c'est-à-dire qui est le plus fortement corrélé avec l'âge du premier smartphone, est le domaine du « soi social ».

Les 6 domaines de bien-être des jeunes femmes en fonction de la date d'acquisition de leur premier smartphone


La figure présente la même analyse pour les jeunes hommes. Le schéma est similaire, à deux exceptions près. Tout d'abord, les pentes sont nettement plus faibles, ce qui signifie que la santé mentale et le bien-être des jeunes hommes ne sont pas aussi fortement liés à l'âge auquel ils ont obtenu leur premier smartphone que pour leurs sœurs, même s'ils le sont toujours. (La deuxième différence est que toutes les lignes sont plus élevées pour les garçons, ce qui signifie que les garçons s'en sortent mieux que les filles à tous les âges (du moins, d'après leurs déclarations).

La seule exception est que la ligne de l'adaptabilité et de la résilience atteint le même niveau pour les deux sexes à l'âge de 18 ans. Étant donné que les six courbes sont plus pentues chez les filles, cela signifie que les différences entre les sexes en matière de santé mentale à l'âge adulte sont plus importantes chez ceux qui ont eu un smartphone plus tôt.

Les 6 domaines de bien-être des jeunes hommes en fonction de la date d'acquisition de leur premier smartphone


L'un des principaux problèmes liés à l'analyse d'un ensemble de données internationales est qu'il existe tellement de différences entre les pays, les régions et les religions que de nombreuses variables confusionnelles peuvent nous induire en erreur. Par exemple, dans l'ensemble de données de Sapien Labs, dans les pays les moins riches comme l'Inde, peu de jeunes adultes ont reçu un smartphone avant l'âge de 10 ans, ce qui signifie que les points de données à gauche des graphiques ne contiennent presque pas d'Indiens, alors que les points de données à droite (pas de téléphone avant 17 ou 18 ans) contiennent beaucoup d'Indiens et moins de personnes originaires des États-Unis.

Si les Indiens sont en meilleure santé mentale que les Américains (pour d'autres raisons), les lignes pourraient s'incliner même si les smartphones n'ont aucun effet sur la santé mentale. Il est donc important d'examiner les pays et les régions individuellement. (Le rapport de Sapien Labs le fait dans son annexe, où l'on peut voir que les tendances se maintiennent pour chacune des régions du monde).

L’étude de Sapien Labs qui montre un lien négatif entre l’âge d’obtention du premier smartphone et le bien-être psychologique de Sapien Labs nous alerte sur les dangers du smartphone pour la santé mentale des jeunes adultes. Les auteurs nous invitent à prendre conscience de l’impact du smartphone sur le développement des enfants et à mettre en place des mesures de protection et de prévention. Ils nous rappellent que le smartphone est un outil puissant mais aussi potentiellement nocif, qui nécessite une utilisation responsable et éclairée. Ils nous encouragent à réfléchir aux conséquences à long terme du smartphone sur la société et la démocratie.

Source : Sapien Labs

Et vous ?

Les resutltats de l'étude sont-ils pertinents ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Des experts en psychologie scientifique mettent en garde contre les dommages potentiels des médias sociaux sur les enfants, en publiant un avis de santé sur l'utilisation des médias sociaux

L'utilisation des médias sociaux est liée au développement de la dépression ceci indépendamment de la personnalité, d'après une récente étude

Les réseaux sociaux sont une cause, et non un corrélat, de la maladie mentale chez les adolescentes, selon Jon Haidt, professeur à l'École de commerce Stern de l'université de New York

Les jeunes sont vulnérables aux effets négatifs de l'utilisation des médias sociaux à différentes périodes de leur adolescence, d'après une équipe internationale de scientifiques

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de DOliv
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 16/05/2023 à 17:55
Ouai, mais il ne faut pas croire tout ce qui traîne sur internet
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 18/05/2023 à 20:50
L’étude de Sapien Labs qui montre un lien négatif entre l’âge d’obtention du premier smartphone et le bien-être psychologique de Sapien Labs nous alerte sur les dangers du smartphone pour la santé mentale des jeunes adultes. Les auteurs nous invitent à prendre conscience de l’impact du smartphone sur le développement des enfants et à mettre en place des mesures de protection et de prévention. Ils nous rappellent que le smartphone est un outil puissant mais aussi potentiellement nocif, qui nécessite une utilisation responsable et éclairée. Ils nous encouragent à réfléchir aux conséquences à long terme du smartphone sur la société et la démocratie.
On vit vraiment à une époque dé****... Les smartphone sont équipé de dispositifs d'espionnage, mais ça ce n'est bien sûr pas grave pour la société et la démocratie...

On va me répondre "ce n'est pas le sujet". Mais qui se préoccupe de ce sujet, en comparaison des "études" sur la santé mental ?
0  0