IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les appareils photo des smartphones remplaceront-ils un jour les appareils photo professionnels autonomes ? Oui
Si l'on se réfère aux volumes des ventes pour les deux produits

Le , par Anthony

3PARTAGES

5  1 
De nos jours, lorsque la majorité des gens veulent prendre des photos, ils utilisent des appareils photo intelligents qui sont très portables et peu coûteux par rapport aux appareils photo autonomes. Depuis le début des années 2000, lorsque les premières versions des smartphones que nous connaissons ont commencé à arriver sur le marché, ils ont apporté avec eux leurs appareils photo portables qui ont commencé à saper les appareils photo autonomes qui étaient les dispositifs de capture de photos dominants de l'époque.

Les smartphones d'aujourd'hui sont si avancés que, selon le PDG de la société de fabrication de semi-conducteurs Sony, les appareils photo des smartphones commenceront bientôt à produire des photos de meilleure qualité que celles prises par le plus haut niveau de qualité des appareils photo, un reflex numérique.

Mais même si la question de savoir si les smartphones vont remplacer les appareils photo professionnels est encore un sujet qui fait débat, il y a un point tout à fait clair, c'est que, alors que les smartphones étaient en pleine expansion au cours de la dernière décennie, les ventes d'appareils photo numériques ont fortement chuté.

Dans une animation réalisée par James Eagle, nous pouvons voir comment les données relatives aux ventes annuelles d'appareils photo argentiques et numériques ont été comparées aux ventes de smartphones au fil des ans. Cette animation a été réalisée pour que l'on puisse se rendre compte de l'impact de l'industrie des smartphones sur celle des appareils photo.

Au début des années 2000, lorsque tout a commencé, les appareils photo des smartphones étaient nettement moins puissants que leurs homologues autonomes et ces derniers étaient donc privilégiés. Par exemple, l'un des premiers téléphones à appareil photo sur le marché, le SCH-V200 de Samsung, pouvait prendre des photos à 0,35 mégapixel, ce qui était plutôt bien pour l'époque, mais il y avait un hic : le téléphone ne pouvait prendre que 20 photos car il n'avait pas plus de mémoire. L'appareil photo le plus populaire de l'année était l'EOS D30 de Canon, un appareil numérique capable de prendre de nombreuses photos avec une résolution de 3 mégapixels.

Mais après l'arrivée sur le marché de l'iPhone et d'autres téléphones-appareils photo plus accessibles et de meilleure qualité, de nombreuses personnes qui n'aimaient pas les appareils photo autonomes ont rapidement opté pour des téléphones-appareils photo plus portables et multitâches. À titre d'exemple, le téléphone sorti plus tôt cette année, le Pixel 7 de Google, possède plusieurs appareils photo avec une caméra arrière large de 50 mégapixels et une caméra arrière ultra-large de 12 mégapixels, d'un autre côté, cependant, se trouve l'enthousiaste EOS 850 de Canon avec un capteur de 24,1 mégapixels. Sans oublier que les téléphones équipés d'appareils photo sont beaucoup moins chers et peuvent effectuer plusieurs tâches pour un prix moyen, alors que les appareils spécialisés ne peuvent que prendre des photos, et ce pour un prix élevé. Au final, il est donc logique que les gens délaissent les appareils photo spécialisés au profit des téléphones-appareils photo.


Sources : Animation par James Eagle, CIPA, IDC, Gartner, Canalys.

Et vous ?

Cette analyse de James Eagle est-elle pertinente ?
Qu'en pensez-vous ?
Selon vous, les caméras des smartphones permettent-ils d'obtenir le même rendu que sur un appareil photo professionnel ?

Voir aussi :

Le marché mondial des smartphones a chuté de 9 % au troisième trimestre 2022, enregistrant sa troisième baisse consécutive cette année
Apple dépasse Android pour atteindre 50 % des smartphones utilisés aux États-Unis et domine les ventes mondiales de produits haut de gamme

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ehma
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 30/01/2023 à 15:11
c'est déja le cas, je me suis amusé a comparer des photo entre mon xiaomi 11 ultra (700€) et un reflex d'un pote à 3000€.
Que ce soit de jour ou de nuit je faisait de meilleurs photos plus détaillé.
Je suis assez surpris, car j'ai moi-même fait le test avec un Samsung A53 et un Fuji X20, juste en photographiant une carte routière. Sur le smartphone (de meilleure définition) on ne pouvait lire que les grande ville en gras et sur l'appareil photo, tout était lisible, y compris les petits patelins. Beaucoup d'artefact liés à la compression et au traitement.

Comme dit dans le fil, il y a un problème insolvable avec les petits capteurs, lié à la fonction de transfert de modulation : ce qui justifie que l'on utilise encore le moyen format de nos jours et que les optiques plafonnent à 140 l/mm en 24X36 et donne clairement l'avantage aux rapport de grossissement plus faibles.

Puis, il n'y a pas que l'objectif et le capteur, il y a aussi la gestion des flashes, des décentrements et bascules, .... toutes des fonctions qui n'apparaîtront jamais sur un smarphone. Je défie quiconque d'appliquer le principe de Scheimpflug sur un téléphone (bon, vous me direz il y a le focus stacking, mais ce n'est pas si évident), faire de la photo animalière, de l'astrophotographie, de la macro, ....

Puis, il y a aussi la perspective, la préhension et le confort de visée qui est désastreux sur smartphone.

Alors oui, pour le grand public, certainement que le smartphone mettra au rancard les appareils photo, mais pas chez tous les professionnels et/ou les amateurs avertis.

Quand on voit que certains vont rechercher de vieux Tessar juste pour le rendu ou se rabattent sur des Helios.

Bref, la photographie ça ne se limite pas à une optique et un capteur....
3  0 
Avatar de onilink_
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 30/01/2023 à 11:12
Faut vraiment rien y connaître pour croire que des professionnels utiliseront des smartphones à la place de leur beau 5D

La photographie ce n'est pas magique.
Un plus gros objectif permet de récupérer plus de lumière sur un intervalle de temps T.

Pourquoi vouloir plus de lumière? Pour réduire le bruit, permettre de baisser les ISO, et donc pouvoir effectuer des plus grands zooms ou encore diminuer le flou, pouvoir prendre des scènes moins éclairées, plus rapides, etc....

Sur un smartphone on à zéro réel paramètre de photographie. Tout est caché, pire qu'un appareil compact, qui pour le coup ils remplacent plutôt bien (vu le public cible).

Les MP et la qualité des photos de smartphone ne se reposent que sur des artifices logiciels à sauce d'intelligence artificielle.
La plupart du temps les MP réels (du capteur, physiquement) sont ridicules.
De souvenir les iphones utilisent le même capteur depuis des années.
L'image obtenu n'est plus la réalité, mais une image "hallucinée" par une IA. Quand on voit les sorties brutes d'un capteur de smartphone, c'est complètement inutilisable

Au contraire les reflex essayent de donner à l'artiste les données les plus "réelles" possibles et beaucoup plus de contrôle, pour qu'il puisse les retravailler ensuite comme bon lui semble et avoir une parfaite maîtrise.

D'ailleurs, rien n’empêcherait d'utiliser la sauce IA sur des reflex pour avoir des (fausses) résolutions aberrantes qui feraient rougir les smartphones.
Mais quel intérêt...?

Un article très interessant à lire sur le sujet: https://lux.camera/iphone-13-pro-cam...t-photography/
2  0 
Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 31/01/2023 à 9:02
Pourquoi j'ai un reflex alors que je ne fais pas des photos de dingues?
C'est diablement ergonomique:
. il tient bien dans la main, j'ai tous (le peu) de boutons qui m'intéressent à portée de doigt
. Qui est le génie qui a inventé la bague de zoom sur les objectifs? Je ne connais pas de système plus confortable, j'ai un téléobjectif coulissant qui est pas mal mais on est à mille lieus de la bague et je ne parle pas du zoom sur GSM.
. J'ai 4 objectifs, je les connais, je sais ce qu'il vont me fournir et je n'ai pas de grosse surprise à la fin. La dernière fois que je me suis renseigné j'ai pas trouvé de solution qui gère une profondeur de champs efficacement.
. En rando, je peux garder mon sujet en vue pendant que j'allume et prépare mon appareil (je sais où sont tous les boutons), avec un GSM je ne sais pas bien où est le bouton photo.

Après pour être honnête, je ne suis pas très intéressé par la fonction photo de mon GSM mais je m'en sers régulièrement pour des photos de groupes ou en ville par exemple. La comparaison de poids et d'encombrement n'est pas comparable.
2  0 
Avatar de Ehma
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 31/01/2023 à 15:12
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Car tu as un smartphone bas de gamme. Un capteur bof et un soc avec un isp bof.
Compare avec un smartphone "haut de gamme" (pas forcément le truc à 2000€) mais par exemple un pixel à 800€ et tu auras un autre avis.
Mais mon mi 11 ultra je l'ai payé 700€ en import.
Tout comme le Fuji X20, un appareil tout à fait dépassé, d'entrée de gamme à une époque lointaine. On est bas de gamme vs bas de gamme !

Sûr que pour le grand public le smartphone remplace l'appareil photo, là pas de doute. Mais pas plus et les lois de la physique (ou tout simplement de la nostalgie et de la réticence au changement) font que les appareils photos auront toujours acquéreur et iront là où les smartphone ne savent pas aller.
2  0 
Avatar de RenardSpatial
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 30/01/2023 à 10:21
Tout dépend ce qu’on appelle « remplacer ».

Les smartphones ont déjà remplacé les reflex, bridge et compacts pour tout ce qui est de l’usage « grand public ». Ça implique que les compacts n’existent virtuellement plus, et que les bridge prennent le même chemin – ils ne survivent que pour un usage très spécifique, les zooms optiques à très grande amplitude, qui pour des raisons physiques sont presque impossibles à adapter sur des reflex à cause de la taille des capteurs.

Ce simple fait explique à lui seul la courbe rouge telle qu’on la voit dans l’article.

Mais il reste toute la frange d’utilisateurs exigeants parmi lesquels j’inclus les photographes professionnels. Et les lois de la physique font que ces utilisateurs ne passeront aux smartphone :

D’abord grâce à la qualité et à la souplesse des optiques. Au risque de surprendre le néophyte, les photographes exigeants ont très rarement besoin d’une définition extrême ou d’un zoom optique de très grande amplitude.
Les optiques de smartphone sont à focale fixe et à ouverture fixe. Le premier point n’est pas tellement un problème : beaucoup de photographes professionnels travaillent avec des objectifs à focale fixe (meilleure qualité, matériel plus léger et moins encombrant), le problème étant plutôt que l’objectif n’est pas interchangeable sur le smartphone. En fait, les photographes pros qui utilisent un zoom à grande amplitude (comme les 18-300 mm – on parle en focale, pas en multiplicateur de zoom) sont surtout les reporters qui n’ont pas besoin de photos de grande qualité (elle sera imprimée sur du mauvais papier ou affichée en petit sur un site), mais qui ont besoin de réagir vite à des situations très diverses. L’ouverture fixe, elle, est un problème parce qu’elle ne permet pas de jouer sur la profondeur de champ.

Ensuite à cause de la taille du capteur. Un capteur plus grand signifie des photosites plus grands et donc une bien meilleure sensibilité et une bien meilleure dynamique. Les smartphones arrivent « compenser » en photo de nuit en empilant plusieurs photos (d’où le temps de calcul après la prise de vue dans ce mode), mais au prix de choix imposés par l’appareil.
Les capteurs haute résolution ne sont utiles que dans des cas d’usage spécifiques, et pour donner beaucoup de possibilités de recadrage.
En fait, un capteur de 24 mégapixels est déjà très largement suffisant dans beaucoup d’usages, dont l’impression en grande taille (même en imprimant en très grand format : le très grand format se regarde de plus loin donc accepte de plus gros pixels imprimés, donc moins de pixels sur l’image source). Les fabricants de smartphones ne s’y trompent pas : presque tous les capteurs très haute résolution (disons, 48 Mpx) fonctionnent l’immense majorité du temps en « pixel binning », où les pixels sont regroupés par 4 pour augmenter la sensibilité (cf plus bas) ce qui… divise la résolution de l’image par 4 ! (vous obtenez presque toujours des images de 12 Mpx).
D’autre part, un petit capteur va imposer une forte profondeur de champ (là aussi, les lois de la physique sont cruelles), ce qui va rendre difficile de détacher un sujet de son arrière-plan. D’une façon assez amusante, la prolifération d’images très nettes sur tous les plans a poussé la « cote » des images avec un fort flou d’arrière-plan, qui ont pendant très longtemps été possibles uniquement avec un appareil professionnel à grand capteur, ce qui a poussé les fabricants de smartphones à introduire des capteurs spéciaux pour imiter ce genre de flou – avec plus ou moins de succès.

Enfin, les boitiers reflex d’entrée ou moyen de gamme actuel sont très utilisés pour leurs fonctions vidéo, au point que les constructeurs vendent des kits spécialement dédiés à la vidéo sur ces gammes.

Au-delà de ces considérations physiques, les photos de smartphones sont aussi très dépendantes des choix faits par le logiciel embarqué, notamment sur le traitement du bruit (très poussé pour rendre agréable tout type de photo vue en petit sur le smartphone, vite ignoble dès qu’on zoome un peu) et sur les couleurs (presque toujours trop saturées). Les reflex ont moins ce problème, et surtout sont beaucoup plus simples à retravailler (les rares smartphones à fournir les raw – les données directement issues du capteur – le font souvent dans des formats à peu près illisibles hors du smartphone lui-même).

Bref, les smartphones ont déjà remplacé l’immense majorité des appareils photos dédiés. Par contre, ils ne remplaceront pas, pour des raisons purement physiques, les appareils photos dédiés dans des usages pointus et exigeants. Ça implique que le ticket d’entrée de ce genre d’appareil, déjà élevé, ne va qu’augmenter. C’est déjà visible avec le fait que les gammes avec des capteurs APS-C ou plus petit (principalement destinées aux débutants / amateurs peu fortunés) se sont réduites à un ou deux modèles par constructeurs et sont maintenant très orientées « vidéo » ; il reste surtout des gammes à capteur « plein format » (24 x 36 mm) avec un ticket d’entrée, neuf, aux alentours de 1500 € (boitier + objectif de base + accessoires).
1  0 
Avatar de RenardSpatial
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 30/01/2023 à 11:12
Le nouveau capteur de LG présenter au ces à une focale variable très confortable (40-300mm je crois)
Un capteur n’a pas de focale. C’est l’objectif qui est devant qui en a une. Et comme je le disais plus haut, un zoom à grande plage de focale n’est pas spécialement un critère pour les professionnels.

Le capteur de 1 pouce est trop petit pour les usages dont je parle. Nikon (au moins) a essayé, ça n’a jamais fonctionné. Je crois qu’on en trouve dans les bridge actuels.

Tous les modes manuels, les ouvertures et les focales variables, c’est bien mais ça ne compense par les limites physiques dont je parlais.

J’ai aussi oublié le cas des (très) longues focales, pour une question d’encombrement – c’est déjà complexe avec du matériel dédié.

Enfin, les possibilités de retraitement sont un enjeu primordial pour les photographes. Hors reportage, presque tous les usages professionnels de la photographie imposent de re-traiter tes images, et donc d’avoir accès à des RAW éditables pour ce faire.

D’autre part, un mariage est un cas d’usage complexe. En particulier si le couple a choisi le classique « elle en robe blanche, lui en costume sombre », ce qui est une horreur en terme d’exposition et de dynamique. Encore plus dans des situations classiques dans un mariage, comme « les photos sous les arbres avec des taches de lumière », « l’église très sombre avec les vitraux lumineux et multicolores », « la fête très sombre avec ses spots colorés », et j’en passe.

Mon propos n’est pas « certains usages pros peuvent se faire au smartphone », mais « certains usages ne peuvent pas, pour des raisons physiques, se faire au smartphone ». Sans oublier ceux qui, là aussi pour des raisons physiques, peuvent se faire au smartphone mais restent bien plus pratiques et efficaces avec un outil dédié (un exemple parmi d’autres : un appareil type reflex a une poignée, c’est beaucoup plus stable et confortable que de viser avec un appareil tenu à bout de doigts). On parle là d’usages de la photo qui s’éloignent franchement de ce qu’on peut imaginer quand on a toujours fait de la photo au smartphone ou au compact.
1  0 
Avatar de onilink_
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 30/01/2023 à 11:38
Tout à fait d'accord avec RenardSpatial.

Et pour ceux qui ont eu la flemme de lire mon pavé et l'article que j'ai link, un petit exemple concret de ce que je voulais dire:
https://twitter.com/mitchcohen/statu...51601862483968



Voila ce qui se passe quand il n'y a pas assez d'information.
On laisse une IA remplir les trous.

Ça ouvre même un débat philosophique. Veut on sacrifier la capture de la réalité pour avoir de plus "belles" fausses images?
1  0 
Avatar de RenardSpatial
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 31/01/2023 à 10:05
Plus sérieusement, sur le cas ultra particulier de la photo de carte routière, il y a plein de facteurs qui peuvent expliquer la prétendue « supériorité » du smartphone, dont pas mal de phénomènes physiques. Mais en fait on s’en fiche, la résolution apparente (ou même la quantité de pixels d’une photo en général) sur une photo de carte routière n’est pas un critère pertinent pour décider de l’usage d’un smartphone vs un appareil dédié, comme dit plus haut.

Ce qu’on s’évertue à t’expliquer, ici, @calvaire, c’est que ceci est faux :

J'ai bien conscience que les reflex ont pleins d'avantages, mais je prends aussi en compte le prix. Un smartphone à 700€ arrive quasiment au même niveau qu'un reflex à plus de 3000€ (je suis gentil j'inclue le prix des optiques qui n'est pas donné non plus).
C’est faux parce que les métriques que tu utilises pour cette assertions sont loin des critères qui permettent de faire le choix entre un smartphone et un appareil dédié (en particulier un reflex), et supposent beaucoup trop d’hypothèses. Le smartphone haut de gamme arrive à jeu égal avec un reflex si :

  1. Tu te satisfais du rendu (contraste, saturation) proposé par ton smartphone (parmi le ou les quelques rendus possibles, sans grosse retouche) ;
  2. et tu n’as aucun problème à avoir des modifications involontaires lourdes dues à l’intervention des systèmes automatiques du smartphone (cf les exemples ci-dessus) ;
  3. et tu te satisfait du traitement extrêmement agressif du bruit qui noie très vite les détails, même en plein jour ;
  4. et tu n’as pas de problème à utiliser le smartphone au quart de résolution sauf en plein soleil ;
  5. et tu n’as pas, et tu n’auras pas besoin, d’optiques spécifiques impossibles (physiquement ou pas assez rentables) à adapter sur smartphone (longues focales, très grandes ouvertures, bascule/décentrement…)
  6. et tu apprécies le rendu des optiques fournies par défaut ;
  7. et tu n’as pas l’intention de changer ce rendu ;
  8. et tu apprécies la visée à bout de doigts ;
  9. et tu arrives à prendre tes photos le nez collé sur l’écran parce que tu ne peux rien faire à l’aveugle.


Dans cette liste (probablement incomplète), les 1, 2 et 3 peuvent être ignorés si le smartphone fournit des RAW dans un format utilisable. Tout le reste est inhérent au format des smartphones, et ne pourra jamais être corrigé.

En fait, l’article sous lequel on discute n’a pas tellement de sens (en plus d’avoir un choix de vocabulaire que je qualifierais d’étonnant), parce qu’il interpole à partir d’une courbe ce qui n’est pas possible d’interpoler. Les réponses aux trois questions en fin d’article sont donc respectivement : non, (toute cette discussion), et non pour les raisons évoquées ici. D’ailleurs la recherche et développement sur les appareils photos dédiés est active : les compacts et reflex sont morts, mais les hybrides (« mirrorless ») évoluent très rapidement ; le marché des optiques est assez florissant pour que les constructeurs principaux (Canon, Nikon, Sony…) sortent des nouveaux produits et que les constructeurs alternatifs (Sigma, Tamron…) en développent aussi – on a jamais eu accès à une aussi grosse gamme d’aussi bonnes optiques. Ça n’est clairement pas le signe d’un marché mort ou qui va mourir.

Enfin et surtout : dans l’immense majorité des cas, le facteur limitant sera le photographe. Même chez les possesseurs d’appareils haut de gamme. Ma mère est photographe pro, ses photos au smartphone (ou, elle en fait, y compris dans le cadre de son travail, mais pas en tant que produit fini) sont bien meilleures que les miennes au reflex. Autre exemple, cet amateur qui voulait qu’on lui explique comment récupérer un ciel entier cramé (y compris en RAW) sur une photo de paysage en pleine lumière, prise au reflex à 1/2000 s f/3.2 à 3200 ISO (ceci devrait vous faire bondir pour 4 raisons différentes).

PS : En fait, c’est à peu près comme si on comparait les courbes de vente des PC tour et des smartphones, pour en déduire que les smartphones vont remplacer les PC tours. Là aussi c’est vrai pour beaucoup d’usage, mais là aussi il y a toute une série d’usages pour lequel le smartphone ne fait pas du tout le boulot, malgré toutes ses avancées (je mets exprès de côté le cas des PC portables parce que le « remplacement » n’est pas si net et l’usage pas si différent du PC tour).
2  1 
Avatar de onilink_
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 31/01/2023 à 10:47
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
J'ai bien conscience que les reflex ont pleins d'avantages, mais je prends aussi en compte le prix. Un smartphone à 700€ arrive quasiment au même niveau qu'un reflex à plus de 3000€ (je suis gentil j'inclue le prix des optiques qui n'est pas donné non plus).
Je tient aussi à ajouter, il ne faut pas regarder les prix neuf quand tu n'es pas pro.
On trouve de très bon appareils pour des prix tout à fait raisonnables d'occasion.
J'ai chopé un Canon EOS 100D complet littéralement neuf (un couple qui l'avait utilisé pour faire quelques photos pendant leurs vacances) à 200€, et j'en suis très content (en plus c'est un modèle très léger).
Et c'est pas les MP ou toutes ces métriques de kiki à la plus grosse qui m’intéressent, mais justement tout ce qu'un reflex peut apporter, et le plaisir de la "vrai" photographie.

Puis si après la résolution ou le bruit est un problème, il y a des filtres IA pour améliorer tout ça, en post process. Même si perso je fais parti de ceux qui aiment qu'il y ai un léger grain (je déteste vraiment ce coté lissé bizarre que les filtres de smartphones appliquent sur les photos). Mais la différence c'est que la t'es pas forcé d'utiliser tous ces filtres pour avoir une belle photo.
0  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 30/01/2023 à 9:02
Les smartphones d'aujourd'hui sont si avancés que, selon le PDG de la société de fabrication de semi-conducteurs Sony, les appareils photo des smartphones commenceront bientôt à produire des photos de meilleure qualité que celles prises par le plus haut niveau de qualité des appareils photo, un reflex numérique.
c'est déja le cas, je me suis amusé a comparer des photo entre mon xiaomi 11 ultra (700€) et un reflex d'un pote à 3000€.
Que ce soit de jour ou de nuit je faisait de meilleurs photos plus détaillé.

ENFIN avec la focal du capteur principale (samsung GN2)
Avec la focal de l'ultra grand angle il avait de meilleur photo (j'ai un imx 586, pas terrible par rapport au gn2)
et malgré mon zoom optique X5, lui avait en face des zoom optique variable X10-X30, donc en zoomant moi j'avais une bouillie de pixel et lui des cliché net et propre.

Mais cela va changer dans le futur, les prochaines génération de smartphones auront de vrai zoom optique variable.

J'imagine bien d'ici 2ans, des smartphones avec juste 1/2 capteurs capable de faire du très grand angles et du vrai zoom optique continu jusqu'à x20.
et la oui l'interet d'un reflex pour un pro sera tres discutable.

ces appareils seront néanmoins toujours utile je pense pour des cas extrêmes (évènement sportif, documentaire animal...)
0  1