IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Pavel Dourov, fondateur de Telegram, affirme que Google et Apple sont les véritables ennemis de la liberté d'expression sur Internet
En raison de leur monopole sur la distribution des applications mobiles

Le , par Mathis Lucas

5PARTAGES

4  0 
Pavel Dourov, informaticien russe et fondateur de Telegram, a déclaré que les gouvernements ne sont pas les plus grands obstacles à la liberté d'expression sur Internet, mais bien Google et Apple. L'entrepreneur base son allégation sur le fait qu'Apple et Google possèdent les deux principaux magasins d'applications dans le monde, et que ce sont leurs règles qui contrôlent la liberté d'expression en ligne. Par le passé, la messagerie a dû se conformer aux règles de Google et Apple afin de rester dans leurs boutiques d'applications. Telegram a longuement milité contre ces monopoles avant l'avènement des lois de l'UE sur les marchés et services numériques.

Pavel Dourov a accordé une interview au journaliste américain Tucker Carlson le mois dernier. Lors de l'interview, l'entrepreneur a abordé des points tels que les pressions exercées par le gouvernement russe sur son ancien réseau social VKontakte et qui l'ont poussé à quitter la Russie, la liberté d'expression et le rôle omniprésent des grandes firmes comme Apple et Google dans l'économie numérique. Il a évoqué les tentatives d'ingérence des gouvernements dans la gestion de Telegram et a semblé faire l'éloge du milliardaire Elon Musk, qui dit avoir racheté le réseau social X (ex-Twitter) pour garantir la liberté d'expression.


Entre Dourov et les Big Tech, ce n'est pas le grand amour. Bien que ses sorties publiques soient rares, il ne manque pas une occasion de critiquer ces grandes entreprises qui, selon lui, nuisent à l'idée d'un Internet libre et privé. Lors de l'interview, Dourov s'est plaint de l'hégémonie de Google et Apple. Il a déclaré que ce ne sont pas les gouvernements qui entravent le plus la liberté d'expression sur Internet, mais bien Apple et Google, qui contrôlent avec fermeté tous les interactions des utilisateurs avec leurs smartphones, y compris les applications qu'ils peuvent installer, les choses qu'ils peuvent lire, et bien d'autres.

D'après Dourov, ce sont les contrôles stricts mis en place par Google et Apple dans leurs magasins d'applications, respectivement Google Play Store et App Store, qui déterminent les plateformes que les gens peuvent utiliser pour communiquer "en toute liberté". Si l'on y réfléchit bien, presque toutes les personnes dans le monde qui ont téléchargé une application pour smartphone l'ont fait par l'intermédiaire de ces deux plateformes, ce qui représente un pouvoir énorme, à tel point que les gouvernements tentent de faire adopter des législations visant à retirer une partie de ce pouvoir à des entreprises telles qu'Apple et Google.

Citation Envoyé par Pavel Dourov

Je dirais que la pression la plus forte exercée sur Telegram ne vient pas des gouvernements. Elle vient d'Apple et Google. En ce qui concerne la liberté d'expression, ces deux plateformes pourraient en fait contrôler tout ce que vous pouvez lire et tout ce à quoi vous pouvez accéder sur votre smartphone.
Dourov pense qu'il est difficile de ne pas être d'accord avec les directives générales de ces plateformes, qui stipulent par exemple qu'il ne doit pas y avoir de violence, de discrimination ou d'abus sexuels sur les enfants sur les plateformes distribuées par l'intermédiaire de leurs magasins. Mais Telegram a dû retirer des contenus à cause d'Apple et de Google, alors que Dourov estimait qu'il s'agissait d'un "moyen légitime pour les gens d'exprimer leurs opinions". Il a ajouté qu'Apple et Google bannissent tous ceux qui ne respectent pas leurs règles, ce qui pousse les développeurs à accepter des conditions parfois anticoncurrentielles.

Il explique que les règles elles-mêmes sont assez générales, car il est évident qu'il ne doit pas y avoir de violence, de discrimination, de matériel pédopornographique accessible au public. Toutefois, Dourov a souligné que dans la pratique, l'interprétation de certaines règles peut être une source de divergences entre ces plateformes et les développeurs, y compris Telegram. Selon lui, parfois, Apple et Google sont d'accord, et c'est tout à leur honneur. Mais parfois, ils ne sont pas d'accord, et l'entreprise doit quand même retirer certains contenus, au moins dans la version de Telegram qui est distribuée sur leurs plateformes.

Citation Envoyé par Pavel Dourov

C'est ce qu'ils disent très clairement : si nous ne nous conformons pas à leurs directives, Telegram pourrait être retiré des magasins. Ce ne sera pas une petite chose pour nous, car une grande partie de la population mondiale perdra l'accès à un outil précieux qu'elle utilise tous les jours. Mais ce ne sera pas non plus une petite chose pour eux.

Je pense qu'il faut trouver un compromis dans de tels cas. Mais Apple et Google ne sont pas très conciliants lorsqu'il s'agit de leur ligne directrice. S'ils estiment qu'un contenu est contraire à leurs règles, ils veilleront à ce que toutes les applications distribuées par l'intermédiaire de leurs magasins respectent ces règles.
Dourov a déclaré à Carlson que lui et Telegram ont déménagé à Dubaï en 2017 pour éviter d'être "géopolitiquement alignés" ou de "choisir les gagnants dans n'importe quel combat politique". « Je préfère être libre plutôt que de recevoir des ordres de qui que ce soit », a déclaré l'entrepreneur. L'idée de créer Telegram lui est venue après des pressions exercées par les forces de sécurité russes en raison de son refus de supprimer des groupes d'opposition sur VKontakte. Ses problèmes sont apparus en 2011-2012, lorsque le réseau social a commencé à être utilisé pour organiser des manifestations à grande échelle.

Selon Dourov, le gouvernement russe a demandé d'interdire les groupes organisant des manifestations, mais VKontakte a refusé. Il ne voulait prendre parti pour personne et prônait la liberté d'expression et de réunion. En 2013, les forces de sécurité et les autorités russes ont demandé à ce que leur soient communiquées les données personnelles des personnes ayant participé aux manifestations en Ukraine. Elles ont demandé des données sur les administrateurs des groupes soutenant Euromaidan. Dourov dit avoir été confronté à un choix : céder à ses principes ou vendre ses actions, quitter son poste de PDG et quitter le pays.

Il a choisi la seconde option. VKontakte, cofondé par Pavel Dourov en 2006, est ensuite passé sous le contrôle de magnats alignés sur le Kremlin et est aujourd'hui dirigé par le fils d'un initié du Kremlin. Selon lui, les rumeurs sur les liens de Telegram avec les autorités russes sont répandues et soutenues par des concurrents qui n'apprécient pas la croissance de l'audience de Telegram. Dourov a également affirmé que lors de sa dernière visite aux États-Unis, le FBI avait tenté de recruter secrètement l'un des développeurs de Telegram pour qu'il crée une porte dérobée dans la messagerie. Selon lui, la tentative du FBI a été déjouée.

Il convient de souligner que Telegram, qui se présente comme un outil de communication sûr et sécurisé, n'utilise pas le chiffrement de bout en bout par défaut pour les discussions communes privées et de groupe. Le chiffrement de bout en bout est uniquement disponible pour les appels et sa fonctionnalité "échange secret". Cependant, Telegram a récemment remis en cause la sécurité de Signal, un service open source de messagerie qui est entièrement chiffré de bout en bout. Dourov prévoit que Telegram, qui compte 900 millions d'utilisateurs actifs, franchira le cap du milliard d'utilisateurs mensuels actifs d'ici à un an.

En raison de son penchant pour la liberté d'expression, Dourov ne souhaite pas aller ouvrir des bureaux en Russie, aux États-Unis ou en Chine. Ce qui suggère que les conditions nécessaires au développement de Telegram sont meilleures à Dubaï que dans ces pays. Dourov assure qu'il est l'unique propriétaire de Telegram. Il serait le chef d'entreprise et le seul gestionnaire de projet. En outre, l'entrepreneur estime que cela permet au service de se développer plus rapidement. Il n'y a pas de service des ressources humaines et Telegram compte une trentaine d'ingénieurs. Il refuse de s'encombrer avec les questions d'actionnaires.

Telegram n'envisage pas encore d'entrer en bourse et de vendre des actions, car Dourov ne veut pas rendre compte à un grand nombre d'actionnaires, ce qui pourrait ralentir le développement. Par ailleurs, Dourov a déclaré lors de l'interview qu'il apprécie qu'Elon Musk ait racheté Twitter (rebaptisé X) et en ait fait une société privée. Il soutient ce que le fondateur de Tesla et de SpaceX fait pour développer le réseau social et la manière dont il innove, même en procédant par essais et erreurs. Il semble être l'un des rares soutiens de Musk sur la question.

Et vous ?

Que pensez-vous du réseau social Telegram et de sa sécurité ?
Que pensez-vous des allégations portées par Pavel Dourov contre Google et Apple ?
Partagez-vous son avis ? Google et Apple détruisent-ils l'Internet libre et privé à travers leurs agissements ?
Pensez-vous que Dubaï est un meilleur endroit pour le développement de Telegram que la Russie, les États-Unis et l'Europe ?

Voir aussi

Pavel Dourov, cofondateur de Telegram, demande une loi pour contraindre Apple à permettre aux utilisateurs iOS de télécharger des applications via d'autres magasins que l'App Store

L'application de messagerie Telegram devrait dépasser le milliard d'utilisateurs mensuels actifs d'ici un an, car elle se répand comme un "feu de forêt", a déclaré son fondateur milliardaire Pavel Dourov

Telegram a lancé une campagne intense pour dénigrer Signal en la qualifiant d'application non sécurisée. Elon Musk, autrefois partisan de Signal, a décidé de remettre en question la sécurité de l'application

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !