IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

30 % des enfants âgés de 5 à 7 ans utilisent TikTok malgré la politique de la plateforme qui interdit de s'inscrire avant l'âge de 13 ans,
Ce qui représente un danger pour leur santé mentale

Le , par Mathis Lucas

4PARTAGES

6  0 
Une récente étude publiée par l'Ofcom, l'autorité de régulation des télécommunications du Royaume-Uni, a révélé qu'un nombre sans cesse croissant d'enfants âgés de 5 à 7 ans utilisent les médias sociaux et en particulier TikTok. Les données révèlent que l'utilisation des plateformes de médias sociaux - comme TikTok, WhatsApp et Instagram - par ce groupe vulnérable a bondi de 5 % en l'espace d'un an. Le régulateur a déclaré que l'application des règles de ses plateformes par les parents semblait diminuer. Il a également déclaré que ces chiffres devraient être une "sonnette d'alarme" pour l'industrie afin qu'elle fasse davantage pour protéger les enfants.

Le nombre d'enfants âgés de 5 à 7 ans utilisant TikTok connaît une hausse considérable ces dernières années, ce qui inquiète les régulateurs britanniques. La dernière étude de l'Ofcom a révélé le paysage actuel de l'utilisation des technologies par les enfants et les jeunes en ligne. Les données se concentrent sur la manière dont les enfants communiquent en ligne, utilisent les espaces en ligne pour se divertir, et sur la manière dont ils sont actuellement éduqués pour rester en sécurité en ligne, avec des aperçus intéressants sur l'implication des parents. Les conclusions de l'enquête font état d'une tendance très inquiétante.


Par rapport à l'année précédente, une plus grande proportion d'enfants âgés de 5 à 7 ans s'adonnent maintenant à la messagerie, au chat vocal et aux appels vidéo, ainsi qu'au contenu diffusé en direct. Les plateformes de médias sociaux ont également connu une augmentation de l'engagement, les données montrant une hausse significative de l'utilisation des médias sociaux chez les 5-7 ans, avec des plateformes comme WhatsApp, TikTok et Instagram affichant une croissance notable. Les données de l'étude révèlent que près d'un quart des enfants britanniques âgés de 5 à 7 ans possèdent désormais leur propre smartphone.

Environ 20 % des enfants de 5 ans ont leur propre téléphone, et presque tous les enfants en ont un à l'âge de 12 ans. Le rôle des médias numériques augmente entre 8 et 12 ans. Plus de 20 % des mineurs auraient un profil adulte qui leur permet d'accéder à tous les contenus de ces plateformes. Certains militants souhaitent que des limites d'âge soient introduites pour l'utilisation des smartphones et que les limites existantes soient relevées pour les médias sociaux. En effet, les moins de 18 ans ne peuvent pas signer de contrat et la plupart des grands opérateurs affirment qu'ils ne vendent pas de téléphones aux moins de 16 ans.

De nombreux parents donnent des téléphones à leurs enfants parce qu'ils veulent pouvoir les contacter ou les suivre à la trace via leur mobile. Par exemple, Heather Bryson, âgée de 11 ans, a été largement récompensée pour ses vidéos d'exercices conçues pour aider les personnes vivant dans des maisons de soins pendant la pandémie, en particulier celles souffrant de démence. Elle possède un smartphone depuis l'âge de huit ans. Interrogés par la BBC, les parents de Heather estiment qu'elle a profité socialement de l'Internet, mais ce qu'elle fait et les personnes avec lesquelles elle communique sont étroitement surveillées.


« Je pense que c'est devenu un outil important pour toute personne qui grandit de nos jours. Il est primordial de pouvoir contrôler exactement ce qu'elle fait », déclare son père, Gary Bryson. Heather dit qu'il lui permet de parler avec ses amis sur les médias sociaux et par le biais d'applications de messagerie, mais qu'il y a des inconvénients. « Parfois, des garçons m'insultent en ligne dans les chats, ce qui n'est pas agréable, mais le bon côté des choses, c'est qu'il y a des tas de gens sympas sur Internet. C'est une chose à laquelle on s'habitue au bout d'un moment, mais on ne devrait pas avoir à le faire », a déclaré Heather.

L'Ofcom a rapporté que seul un tiers des parents connaît l'âge minimum requis pour la plupart des plateformes de médias sociaux. Mais l'autorité de régulation a déclaré que les parents étaient également moins enclins à appliquer les règles qu'ils connaissaient. Trois parents sur dix étaient prêts à laisser un enfant âgé de 5 à 7 ans avoir un profil de réseau social même s'il n'avait pas l'âge minimum autorisé pour les applications, ce qui représente une augmentation par rapport à l'année précédente. Le nouveau rapport indique que les parents sont peut-être "résignés" à ne pas pouvoir contrôler la vie en ligne de leurs enfants.

Les données de l'Ofcom indiquent qu'avant même d'atteindre l'âge de 11 ans, les enfants passent plus de quatre heures par jour en ligne. Il est alarmant de constater que seuls deux parents sur cinq ont dialogué avec leur enfant âgé de 5 à 7 ans sur les réseaux sociaux et les applications. Cette constatation souligne l'importance de la surveillance parentale et la nécessité d'avoir des discussions sur la sécurité en ligne, même si les données révèlent que plus de trois quarts des parents parlent à leur enfant de la sécurité en ligne. En comparaison, 90 % des parents d'enfants âgés de 8 à 17 ans leur auraient parlé de sécurité en ligne.


Cela montre que les enfants plus âgés ont besoin de plus de conseils pour naviguer dans les espaces en ligne, car les plateformes leur sont de plus en plus accessibles. L'Ofcom a également donné un aperçu du niveau de contenu préjudiciable dont les jeunes sont témoins et qu'ils subissent, ainsi que de l'écart notable entre l'exposition au contenu préjudiciable et leur volonté de partager leurs préoccupations avec leurs parents. Il a été constaté qu'un tiers des enfants âgés de 8 à 17 ans avaient vu un contenu préjudiciable en ligne, mais que seulement 20 % des parents avaient déclaré que leur enfant leur en avait parlé.

De nombreuses études publiées ces dernières années ont conclu que TikTok a un impact significatif sur la santé mentale des enfants. Dans certaines régions, dont les États-Unis et le Royaume-Uni, la santé mentale des enfants se détériore rapidement. Les enfants qui regardent en boucle des contenus courts sur TikTok auraient plus de mal à participer à des activités qui n'offrent pas une satisfaction instantanée. Ce phénomène est appelé "cerveau TikTok" par certains experts, tandis que d'autres estiment que la plateforme était une machine à dopamine. Le problème a été accentué par l'arrivée d'Instagram Reels et YouTube Shorts.

TikTok héberge un flux ininterrompu de vidéos de taille courte, offrant un contenu divertissant en 15 secondes à peine. Ce type de contenus a séduit le monde entier seulement quelques mois, après le lancement de TikTok en septembre 2016. Sa popularité inédite a conduit à des imitations de YouTube et d'autres, répandant le format vidéo rapide sur les smartphones des adolescents. Elle a également alimenté les problèmes de captation d'attention qui accompagnent ces clips. Et selon les chercheurs, ces problèmes ne font que s'aggraver avec le temps et TikTok est devenu l'outil numérique le plus dangereux pour cerveau humain.


« Lorsque vous défilez et que vous tombez sur contenu qui vous fait rire, votre cerveau reçoit une décharge de dopamine. Lorsque vous voyez quelque chose que vous n'aimez pas, vous pouvez rapidement passer à quelque chose qui produit plus de dopamine. En répétant ce cycle, vous pourriez finir par entraîner votre cerveau à désirer les récompenses que vous obtenez avec des contenus plus courts », a expliqué le Dr Sanam Hafeez, neuropsychologue, à Bustle, à New York. Les recherches sur l'influence de TikTok sur le cerveau n'en sont qu'à leurs débuts, mais les scientifiques s'intéressent de plus en plus à ce domaine.

Un critique de TikTok a écrit : « les sceptiques peuvent prétendre que tout cela est tout à fait normal. Mais la grande majorité des adultes sont profondément troublés par ce que les plateformes dominantes font subir à la société, en particulier aux enfants vulnérables. Ils savent qu'une crise terrible est en cours et accusent les leaders de la technologie et leurs apologistes, qui détruisent la prochaine génération à la recherche de profits. Nous avons déjà vu cela auparavant. Il fut un temps où les fabricants de tabac niaient que le tabagisme provoquait le cancer ».

Source : rapport de l'Ofcom

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'augmentation du nombre d'enfants âgés de 5 à 7 ans utilisant les réseaux sociaux comme TikTok ?
Doit-on laisser les enfants d'un âge aussi précoce utiliser ces plateformes de médias sociaux à risque ?
Pourquoi les parents permettent-ils aux enfants d'accéder à ces plateformes de médias sociaux ?
Quels impacts l'utilisation de ces plateformes de médias sociaux pourrait avoir sur les enfants à long terme ?

Voir aussi

"Cerveau TikTok" : un phénomène qui altère la capacité d'attention des jeunes utilisateurs de l'application, ils ont du mal à participer aux activités qui n'offrent pas une gratification instantanée

Meta a conçu ses plateformes de manière à rendre les jeunes utilisateurs dépendants en exploitant les faiblesses connues du cerveau des enfants, selon une plainte de 41 États américains contre Meta

L'algorithme de recommandation TikTok continuerait de pousser au suicide les enfants vulnérables, le dernier suicide lié à TikTok révèle des problèmes majeurs liés à l'algorithme de l'application

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/04/2024 à 15:18
Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Environ 20 % des enfants de 5 ans ont leur propre téléphone, et presque tous les enfants en ont un à l'âge de 12 ans.
Purée il y a beaucoup de parents qui ont laissé tombé l'éducation de leurs enfants.
Ils avaient la flemme alors ils leur ont donné un smartphone.

À cause des carrières les parents n'ont plus le temps ni l'énergie de s'occuper de leurs enfants, la solution de simplicité consiste à leur donner une tablette et d'un coup ils ne bougent plus et ne font plus de bruit.

====
Je trouve que les PC de bureau sont moins dangereux que les smartphones, tablettes, PC portable.
Parce que dès que tu sors de la salle qui contient le PC de bureau t'es déconnecté.
En plus c'est plus facile à contrôler, il est possible de fermer à clé la salle qui contient le PC de bureau.
2  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/05/2024 à 17:21
donc allons au bout et faisons de meme pour :
- facebook
- twitter
- instagram

ah non suis-je bete, ces reseaux sont americains, donc en fait c'est bon, c'est sans danger...
3  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/05/2024 à 20:06
Citation Envoyé par CoderInTheDark Voir le message
Et je n'ose pas imaginé l'orthographe et la compréhensibilité de leurs poste à 5 ans.
En fait, c'est le même niveau quand ils sont adultes. Et, ça doit dater d'avant Tiktok, quand on déchiffre lit certains posts sur ce forum...
2  0 
Avatar de marc.collin
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 20/05/2024 à 14:11
et comme les usa peuvent utiliser linkedin, facebook, twitter, instagram pour les utilisateurs mais ils n'ont pas le courage de les dénoncer...

avec les millions d'application américaine et grace au patriot act, cloud act... les américains ont tous les loisirs de prendent tous les informations qu'ils veulent... mais les médias, gouvernement préfère dénoncer la chine... qui est en train de prendre le lead
3  1 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 07/05/2024 à 8:07
Citation Envoyé par mith06 Voir le message
Je rajouterais aussi le forum developpez.com tant qu'on y est
Ah NON.
Citation Envoyé par mith06 Voir le message
Promis c'est pour notre bien et celui de nos enfants
Bon OK alors
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 01/05/2024 à 13:00
Sous l'âge de 11/12 ans environ, on est clairement das le domaine de la responsabilité parentale. Si on commence à accuser les plate-formes, on ne v pas y arriver. On peux dans ce cas accuser n'importe quel fabricant de produit inadaptée aux enfants, ça deviendrai vite ridicule.

Après, il faut bien avoir conscience que l'Ofcom est une autorité britannique, pays connu par avoir depuis quelques temps une politique répressive, contre la vie privée et la liberté d'expression sur le web. Les droits de l'homme ne sont plus du tout respectés là bas sur ce domaine ; ce qui peux faire douter de la véracité des chiffres avancés par l'Ofcom (il y a peut-être une exagération, dans le but de faire peur).

De plus, cette étude, totalement centré sur les enfants, opère un glissement malhonnête sur les adolescents :

Environ 20 % des enfants de 5 ans ont leur propre téléphone, et presque tous les enfants en ont un à l'âge de 12 ans. Le rôle des médias numériques augmente entre 8 et 12 ans. Plus de 20 % des mineurs auraient un profil adulte qui leur permet d'accéder à tous les contenus de ces plateformes. Certains militants souhaitent que des limites d'âge soient introduites pour l'utilisation des smartphones et que les limites existantes soient relevées pour les médias sociaux. En effet, les moins de 18 ans ne peuvent pas signer de contrat et la plupart des grands opérateurs affirment qu'ils ne vendent pas de téléphones aux moins de 16 ans.
Source : rapport de l'Ofcom
Là l'Ofcom donne la parole à des militants extrémistes, qui souhaites que des mesures liberticides et anti-vie privée soit introduite, en total violation des droits fondamentaux. Un smartphone, pour être respectueux de l'utilisateur, devrait être vendu avec aucun mouchard et aucune restriction d'utilisation. Une limite d'âge élevé sur les RS risque de violer la liberté d'expression de toute une génération, et à retarder l’insertion dans le monde professionnel. Et en plus, en cas de limite avec vérification d'identité, l’anonymat risque de totalement disparaitre.
Quand au "Rôle des médias numériques augmente entre 8 et 12 ans", c'est en réalité totalement logique ; on peu écrire la même chose pour n'importe quel sujet où l'enfant prend de l'autonomie.
0  0 
Avatar de CoderInTheDark
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 01/05/2024 à 14:14
Si a 5 6 ans ils savent lire sans problème c'est positif. ouarffff

A la maternelle je balbutiais.
Je crois qu'au CP je commençais vraiment à apprendre à lire.
Au CE1 j'commençais à être autonome mais avec des difficultés, je lisais parfois avec le doigt ou une règle et quand on pouvait on voulait montrer qu'on pouvait s'en passer.
Je lisais surtout Boule et Bill
Et au CE2 c'était bon.

Alors l'âge de 5 ans annoncé dans l'article ça me laisse songeur.
Et je n'ose pas imaginé l'orthographe et la compréhensibilité de leurs poste à 5 ans.

JE ne dis pas que les mômes sont plus stupides .de nos jours;
J'ai l'impression que 5 ans c'est annoncé pour faire peur

Bon c'est sûr il faudrait qui lisent un contenu de meilleur qualité.
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 01/05/2024 à 17:14
Citation Envoyé par CoderInTheDark Voir le message
J'ai l'impression que 5 ans c'est annoncé pour faire peur
C'est vrai que ça parait beaucoup 20%.
Mais c'est peut-être vrai, il y a beaucoup de parents qui ont abandonné "prends ce smartphone et ferme ta gueule".

Citation Envoyé par CoderInTheDark Voir le message
Bon c'est sûr il faudrait qui lisent un contenu de meilleur qualité.
Ils lisent que dalle sur Instagram, ils regardent des photos et des vidéos, il n'y a pas beaucoup de texte.
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/05/2024 à 20:20
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Dans quelle mesure l'interdiction de TikTok pourrait-elle réellement améliorer la sécurité en ligne des enfants, étant donné qu'ils pourraient simplement se tourner vers d'autres plateformes sociales présentant des risques similaires ?
Effectivement les autres plateformes présentent des risques similaires.
Il y a juste l'algorithme qui change, TikTok n'est pas contrôlé par les USA, par conséquent son algorithme n'est pas un outil de propagande contrôlé par les USA, comme le sont Facebook, YouTube, Instagram, etc.

Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Quels sont les autres moyens efficaces de protéger les enfants en ligne, en dehors de l'interdiction de TikTok ? Cette interdiction est-elle une solution proportionnée par rapport aux autres mesures possibles ?
Normalement les parents contrôlent un minimum ce que font leurs enfants et ne leur donnent pas accès à un smartphone ou une tablette.
Bon à la limite vers la fin du collège il y a peut-être moyen de donner un téléphone sans accès à internet et sans caméra.
C'est un autre problème, mais, il y a des collégiennes qui se prennent en photo nue, qui envoie les photos à leur petit ami, et parfois ça fuite dans tout le collège.
Du coup la fille n'est pas très bien.

Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Quels sont les rôles respectifs des parents, des éducateurs et des gouvernements dans la protection des enfants en ligne, et comment peuvent-ils collaborer pour atteindre cet objectif sans restreindre excessivement l'accès à Internet ?
On pourrait former les jeunes aux dangers d'internet.
Il y a plein de choses à comprendre, par exemple :
- les photos sont retouchées numériquement ("tu ne seras jamais aussi bonne que l'influenceuse que tu suis sur Instagram, elle n'est pas réelle", ou "oui ils sont musclé mais ils se chargent comme des dromadaires et ce n'est pas une super idée")
- il y a des mensonges
- si t'envoies des photos érotique elles risquent de circuler
0  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 06/05/2024 à 7:47
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
L'interdiction de TikTok transformerait le paysage en ligne en un endroit plus sûr pour les enfants,
affirment des parents dans une nouvelle étude
Beau travail de lobbying, oui TikTok peut être dangereux pour les enfants mais comme les réseaux américains, par contre le gouvernement US semble bien décidé à l'interdire et ça passe mieux quand c'est toxique pour les enfants.
Internet sans TikTok serait il plus sûr? Probablement pas, la toxicité se déplacera probablement dans un autre réseau.
Mais on les US contrôleront surement mieux la toxicité et bénéficieront en partie de leurs revenus donc c'est pas si toxique...
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
On pourrait former les jeunes aux dangers d'internet.
Ca a été beaucoup fait pendant un temps, le problème est qu'on dispense des formations dans un cadre qui garantisse le minimum d'impact.
C'est bien de dire que les influenceuses sont retouchées par 10 filtres insta et que les influenceurs aussi en plus de faire leurs vidéos après une session de sport pour être bien congestionné mais est-ce que c'est pas beaucoup plus efficace si tu regardes un vidéo avec eux pour décrypter ça et conclure que s'ils parlent d'un produit à la fin c'est pas un hasard et que le produit n'est en rien pour leur état de forme parce qu'ils ne l'utilisent pas.
0  0