IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des armées de bots se sont affrontées sur Twitter à propos de l'incident du ballon espion chinois
Une grande partie des utilisateurs postant étant des bots tentant de façonner le débat

Le , par Jade Emy

1PARTAGES

4  0 
Des armées de bots s'affrontent sur Twitter à propos de l'incident du ballon espion chinois. Selon une analyse des messages publiés sur les médias sociaux, des dizaines de milliers de bots se sont affrontés sur Twitter pour tenter d'orienter le débat sur le ballon espion chinois qui a survolé les États-Unis et le Canada l'année dernière.

Kathleen Carley et Lynnette Hui Xian Ng, de l'université Carnegie Mellon en Pennsylvanie, ont suivi près de 1,2 million de tweets postés par plus de 120 000 utilisateurs sur Twitter - qui a depuis été rebaptisé X - entre le 31 janvier et le 22 février 2023. Tous les tweets contenaient les hashtags #chineseballoon et #weatherballoon, évoquant l'objet aérien controversé que les États-Unis affirment que la Chine a utilisé à des fins d'espionnage.

Les tweets ont ensuite été géolocalisés à l'aide de la fonction de localisation de Twitter et vérifiés à l'aide d'un algorithme appelé BotHunter, qui recherche les signes indiquant qu'un compte n'est pas contrôlé par un être humain. "Il y a beaucoup d'éléments différents sur lesquels se base [l'identification d'un bot], mais des exemples sont que vos messages sont envoyés si rapidement qu'un humain ne peut littéralement pas taper aussi vite, ou que vous êtes géolocalisé à Londres une minute, puis en Nouvelle-Zélande alors qu'il est physiquement impossible pour une personne de le faire", explique Carley.

Les chercheurs ont constaté qu'environ 35 % des utilisateurs géolocalisés aux États-Unis avaient un comportement similaire à celui d'un bot, alors que 65 % d'entre eux étaient considérés comme des humains. En Chine, les proportions étaient inversées : 64 % étaient des bots et 36 % des humains. Parmi les comptes prétendument situés dans l'un ou l'autre pays, 42 % étaient des bots et 58 % des humains. Bien qu'il soit difficile d'obtenir des chiffres fiables, des recherches antérieures suggèrent qu'entre 10 et 20 % des utilisateurs de Twitter sont des bots. Les bots effectuent de manière autonome des tâches telles que l'envoi de messages Twitter à des personnes présentes sur la plateforme et l'appréciation d'autres messages. Ils sont souvent utilisés pour tenter d'influencer l'opinion publique.


"Les tweets qui semblent provenir de la communauté chinoise sont plus actifs que ceux qui proviennent de la communauté américaine", explique M. Carley. Selon les chercheurs, la proportion globale de comptes de bots était également plus élevée dans les discussions autour du ballon espion chinois que dans d'autres événements.

Dans un exemple, un bot basé en Chine a posté : "#USA #China #14February [...] On pourrait supposer que les États-Unis utilisent le #ChineseSpyBalloon 'excuse' pour escalader les tensions avec #Beijing. Rappelons que l'espace aérien américain est très contrôlé et qu'il existe des technologies satellitaires plus précises pour l'espionnage."

Ni Carley ni Ng n'ont voulu spéculer sur l'identité des auteurs des bots, mais Steven Buckley, de la City University de Londres, estime qu'"il y a probablement un mélange d'acteurs étatiques et individuels qui cherchent à influencer et à manipuler l'opinion publique sur des événements d'actualité".

Quant à savoir si l'activité des bots a fait une différence, M. Carley déclare : "Le fait que les bots parlent un peu différemment des humains signifie que ce que les gens lisaient était un peu différent, et que les conversations futures étaient différentes". C'est pourquoi, selon M. Buckley, il est important d'être "incroyablement méfiant" à l'égard des contenus que nous rencontrons en ligne et de supposer qu'ils n'ont pas été publiés par un être humain.

Voici les grandes lignes de l'analyse Kathleen Carley et Lynnette Hui Xian Ng :

Avec l'essor de la numérisation, les pays ont recours à la diplomatie numérique, en exploitant les ressources numériques pour projeter l'image qu'ils souhaitent. La diplomatie numérique englobe également l'interactivité des plateformes numériques, qui constituent une mine d'opinions publiques que les agents diplomatiques peuvent recueillir. Les bots des médias sociaux participent activement aux événements politiques en influençant la communication politique et en proposant des récits coordonnés pour influencer le comportement humain.

Cet article propose une méthodologie permettant d'identifier trois types de bots : Les bots généraux, les bots d'information et les bots de liaison, puis identifie ces classes de bots sur Twitter lors d'un incident diplomatique impliquant les États-Unis et la Chine. Dans l'incident du ballon qui s'est produit au début de l'année 2023, un ballon qui proviendrait de Chine est repéré dans l'espace aérien des États-Unis. Les deux pays ont des opinions divergentes sur la fonction et le traitement éventuel du ballon. À l'aide d'une série de méthodes informatiques, cet article examine l'impact des bots sur les sujets diffusés, l'influence et l'utilisation des manœuvres d'information des bots au sein du réseau de communication sociale.

Nos résultats montrent notamment que les trois types de bots sont présents dans les deux pays, que les bots géolocalisés aux États-Unis s'intéressent généralement à l'emplacement du ballon tandis que ceux géolocalisés en Chine discutent de sujets liés à l'escalade des tensions, et qu'ils effectuent des manœuvres d'information plus ou moins positives sur le plan narratif et sur le plan du réseau. Les implications plus larges de notre travail pour l'élaboration des politiques sont l'identification systématique du type d'utilisateurs de bots et de leurs propriétés d'un pays à l'autre, ce qui permet d'évaluer la manière dont les agents automatisés sont déployés pour diffuser des récits et la nature des récits propagés, et donc de refléter l'image du pays sur les médias sociaux, ainsi que la perception des questions politiques par les utilisateurs des médias sociaux.


Conclusion

Le thème de l'automatisation et de la politique en ligne est devenu un domaine d'investigation majeur dans les sciences sociales computationnelles, car la propagation de comptes de bots inauthentiques sur les médias sociaux peut poser un problème.

Cet article est le premier à développer des méthodologies pour identifier certains types de bots utilisés lors d'un incident diplomatique. Ces méthodologies ne sont pas limitées à l'incident étudié, ni aux événements diplomatiques ; il s'agit de méthodologies génériques qui peuvent être appliquées à l'identification des bots dans une variété d'événements dans l'espace des médias sociaux. Par la suite, cet article fournit les premiers aperçus académiques sur la nature de trois types de bots lors d'un incident diplomatique, en identifiant les différences dans les sujets et les interactions entre chaque type de bots par rapport au pays d'où ils sont probablement originaires.

Nous avons constaté que les trois types de bots examinés dans cet article - les bots généraux, les bots d'information et les bots de liaison - sont présents dans nos régions d'étude, à savoir les États-Unis et la Chine. En ce qui concerne l'incident du ballon, qui est une situation diplomatique entre les deux puissances mondiales, les bots tweetent sur des sujets différents. Les bots américains s'intéressent davantage à la localisation du ballon et à son éventuel abattage, tandis que les bots chinois considèrent les actions des États-Unis comme une agression.

Les trois types de bots s'engagent dans les manœuvres de narration positive et d'information sur le réseau, mais les bots de différents pays effectuent des degrés différents de chaque manœuvre. La manœuvre narrative la plus pratiquée est la manœuvre "Back", car les bots soutiennent les messages des autres, tandis que la manœuvre narrative la plus pratiquée est la manœuvre "Engage", car les bots s'engagent activement les uns envers les autres par le biais d'interactions de communication en réseau.

À mesure que les bots deviennent plus répandus dans l'espace numérique, ils peuvent être utilisés pour communiquer avec le grand public (par exemple, les bots d'information). Ils doivent également être surveillés pour comprendre le grand public, car les bots généraux et les bots de liaison peuvent potentiellement modifier l'opinion publique. Dans l'ensemble, cet article a analysé la participation politique des utilisateurs automatisés. Grâce à l'analyse des récits et de l'influence du réseau des robots de médias sociaux affiliés à deux grandes puissances, nous contribuons à la littérature sur la puissance douce et la diplomatie en ligne, et nous présentons une compréhension de l'image que les utilisateurs affiliés à chaque pays projettent sur les médias sociaux. Nous espérons que cet article suscitera des discussions sur l'utilisation des bots dans la diplomatie numérique.
Source : "Deflating the Chinese balloon: types of Twitter bots in US-China balloon incident"

Et vous ?

Pensez-vous que cette analyse est crédible ou pertinente ?
Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

La Chine aurait lancé la plus grande campagne de désinformation en ligne au monde dans le but de harceler les Américains, selon un nouveau rapport

Microsoft met en garde contre des campagnes chinoises sur les réseaux sociaux qui réussissent à se faire passer pour des électeurs américains, ces campagnes utilisent des images générées par l'IA

Une analyse suggère que les bots malveillants représentent 73 % de l'ensemble du trafic Internet actuel, et les cybercriminels utilisent l'IA générative pour rendre les bots plus sophistiqués

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !