IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Mark Zuckerberg s'excuse auprès des familles des enfants qui se sont suicidés après avoir rejeté la suggestion de créer un fonds de compensation
Pour aider les familles à avoir des conseils

Le , par Mathis Lucas

9PARTAGES

5  0 
Mark Zuckerberg, PDG de Meta, présente ses excuses aux familles dont les enfants ont subi des préjudices en utilisant ses plateformes de médias sociaux. Il s'est notamment excusé auprès des familles dont les enfants se sont suicidés ou ont eu des problèmes de santé mentale après avoir utilisé Facebook et Instagram. Il faut noter que ce geste de Zuckerberg est survenu après qu'un sénateur lui a intimé l'ordre lors d'une audition au Sénat américain sur l'impact des médias sociaux sur les enfants. Le milliardaire a toutefois rejeté une proposition visant à créer un fonds de compensation pour aider les familles à obtenir des conseils, ce qui lui a valu des critiques.

Les plateformes de médias sociaux de Meta, notamment Facebook et Instagram, sont reconnues comme ayant des effets néfastes sur la santé mentale des enfants. De nombreux rapports parus au fil des ans allèguent que les dirigeants de Meta, y compris le PDG Mark Zuckerberg, étaient au fait des impacts négatifs de leurs produits sur les adolescents, mais cela ne les a pas empêchés de continuer à les exploiter. La réaction de Meta a toujours été de nier les accusations, affirmant qu'il s'engage à protéger les enfants en ligne. Et ce, malgré les témoignages et les études qui confirment les troubles chez les enfants.


Cependant, lors d'une récente audition de la commission judiciaire du Sénat américain, Zuckerberg a subi des pressions de la part du sénateur républicain Josh Hawley pour reconnaître les faits et présenter des excuses aux familles. L'audition portait sur les solutions de sécurité pour les enfants sur les médias sociaux. « Voulez-vous maintenant vous excuser auprès des victimes qui ont été lésées par votre produit ? », a demandé Hawley, soulignant que l'audience était retransmise en direct à la télévision. Et dans une première historique, Zuckerberg s'est levé, s'est retourné et s'est adressé aux familles en ces termes :

« Je suis désolé pour tout ce que vous avez vécu. Personne ne devrait vivre les choses que vos familles ont subies. Et c'est pourquoi nous investissons autant et nous allons continuer à faire des efforts à l'échelle de l'industrie pour nous assurer que personne n'ait à vivre les choses que vos familles ont dû subir ». Le sénateur Hawley a critiqué Zuckerberg de manière agressive au cours d'un échange houleux avec Zuckerberg. « En interne vous savez que votre produit est un désastre pour les adolescents. Votre produit tue des gens », a déclaré le sénateur républicain, suscitant les applaudissements de son auditoire.

Au début de l'audition, la commission a diffusé une vidéo dans laquelle des enfants racontent qu'ils sont victimes d'intimidation sur les plateformes de médias sociaux. Les sénateurs ont raconté des histoires de jeunes qui ont mis fin à leurs jours après s'être fait extorquer de l'argent après avoir partagé des photos avec des prédateurs sexuels. Mais si Zuckerberg s'est plié volontiers à la demande de Hawley et a présenté des excuses, il a rejeté une autre suggestion du sénateur invitant le PDG de Meta à mettre personnellement en place "un fonds d'indemnisation pour aider les familles à obtenir un soutien psychologique".

Les PDG de Discord, TikTok, Snap et X (ex-Twitter) étaient également présents à l'audition. Il leur a été demandé s'ils soutenaient une série de projets de loi sur la sécurité des enfants en ligne. Ces projets de loi ont été introduits dans le but de lutter contre les préjudices après des années de ce que les sénateurs ont décrit lors de l'audition comme une action insuffisante de la part des entreprises pour y faire face de manière efficace. Parmi ces projets de loi figure la législation sur le renforcement de la transparence et des obligations pour protéger les enfants victimes d'abus et de mauvais traitements (STOP CSAM).

Ce projet de loi a été introduit par le sénateur Dick Durbin (D-Ill.), président de la commission qui a auditionné les PDG des entreprises de médias sociaux. Dans sa forme initiale, le projet de loi du sénateur Durbin visait à rendre les plateformes responsables de "l'hébergement ou du stockage intentionnel, conscient ou imprudent de pornographie enfantine ou de la mise à disposition de pornographie enfantine à toute personne". Depuis, le sénateur Durbin a modifié le projet de loi en supprimant le mot "imprudent" afin d'empêcher les plateformes d'interpréter la loi comme interdisant le chiffrement de bout en bout.

Selon Durbin, X est devenue la première entreprise de médias sociaux à soutenir publiquement la loi STOP CSAM lorsque Linda Yaccarino, PDG de X, a accepté de soutenir le projet de loi lors de l'audition. En outre, Yaccarino semblait être la seule à soutenir le projet de loi SHIELD (Stopping Harmful Image Exploitation and Limiting Distribution), qui impose une responsabilité pénale pour le partage d'images intimes non consensuelles et d'images de mineurs nus. Aucun des dirigeants n'a exprimé son soutien à d'autres projets de loi, dont la loi EARN IT (Eliminating Abusive and Rampant Neglect of Interactive Technologies).

Pour rappel, le projet de loi EARN IT limite les protections de la responsabilité des plateformes au titre de l'article 230 pour les "plaintes alléguant des violations des lois sur l'exploitation sexuelle des enfants". De son côté, Zuckerberg a déclaré à la commission que la Meta était d'accord avec les objectifs de ces projets de loi, mais qu'il avait proposé sa propre législation, qui obligerait les magasins d'applications à vérifier l'âge des utilisateurs et à obtenir le consentement des parents pour l'utilisation des applications. La proposition de Meta est controversée et même les sénateurs affirment qu'elle ne fonctionne pas.


« Ces mesures ne fonctionnent pas », a répondu la sénatrice Amy Klobuchar (D-Minn), suggérant que le seul moyen d'amener les plateformes à améliorer la sécurité des enfants est d'imposer une responsabilité pour les dommages causés. « Je pense que le temps de cette immunité est révolu », a-t-elle ajouté. Le PDG de TikTok, Shou Chew, s'est engagé à investir davantage dans la sécurité. Il a déclaré que son entreprise investirait 2 milliards de dollars dans l'amélioration de la sécurité en 2024. Les sénateurs ont suggéré que ce n'était pas suffisant, soulignant que TikTok ne communique pas sur ses bénéfices.

Cela permettrait de savoir quelle part de ceux-ci l'entreprise consacre à la protection de la sécurité des enfants. D'autres PDG ont évoqué de nouvelles solutions à venir. Par exemple, le PDG de Discord, Jason Citron, a déclaré que sa plateforme, qui ne permet pas le chiffrement de bout en bout des messages textuels, travaille de manière proactive à la mise en place d'une technologie pour soutenir un "classificateur de toilettage" avec Thorn, qui pourrait être utilisé pour signaler davantage d'incidents de toilettage aux forces de l'ordre. La PDG de X a également déclaré que l'entreprise déploierait plus d'efforts.

Lors de l'audition, les sénateurs ont abordé les PDG avec hostilité, leur coupant la parole pour éviter le "double langage" justifiant les protections actuelles offertes qui, selon eux, sont la raison pour laquelle les enfants sont toujours lésés par les plateformes de médias sociaux aujourd'hui. Le sénateur Richard Blumenthal (D-Conn.) a lors de l'audition : « le double langage est la raison pour laquelle le Sénat ne peut plus faire confiance à Meta ou à tout autre média social pour noter leurs propres devoirs ». Certains sénateurs ont demandé aux PDG de s'engager à répondre aux questions qu'ils évitent depuis longtemps.

Le sénateur Sheldon Whitehouse (D-RI) a décrit un incident tragique au cours duquel un adolescent victime de CSAM s'est suicidé en 2020 après qu'une vidéo soit restée sur X (qui s'appelait alors Twitter) pendant des mois avant que la plateforme ne la supprime. Il a demandé à chaque PDG de s'engager à envoyer, dans les cinq jours suivant l'audition, une explication des exemptions aux protections de la section 230 qu'ils seraient prêts à accepter pour prévenir les préjudices subis par les enfants en raison d'un manque de réactivité tel que celui de Twitter. Tous les PDG ont répondu par l'affirmative.

Le sénateur Mazie Hirono (D-Hawaii), se référant au témoignage du lanceur d'alerte de Facebook Arturo Bejar, a spécifiquement demandé à Zuckerberg de s'engager à communiquer non pas des pourcentages de préjudices signalés par des mineurs sur les produits Meta, mais des chiffres réels dans les rapports trimestriels sur les résultats présentés à la Securities and Exchange Commission (SEC). Zuckerberg n'a pas accepté, suggérant que Meta publie déjà des rapports publics qui seraient un endroit plus approprié pour ce type de rapport.

Le lanceur d'alerte de Facebook Arturo Bejar a suggéré que Meta permette aux mineurs de signaler facilement les préjudices subis sur la plateforme et que Meta publie des données précises sur la fréquence des préjudices afin de suivre et de traiter de manière transparente les problèmes émergents et persistants.

Et vous ?

Que pensez-vous des excuses de Mark Zuckerberg aux familles des enfants qui se sont suicidés ?
Que pensez-vous des propos de Zuckerberg qui reconnaît finalement que ses plateformes ont tué des enfants ?
Que pensez-vous de la proposition visant à créer un fonds de compensation pour les familles que Zuckerberg a rejetée ?
Pourquoi Zuckerberg a-t-il refusé cette proposition alors qu'il est milliardaire et que Meta réalise un chiffre d'affaires colossal ?

Voir aussi

Les adolescents sur Facebook et Instagram ne pourront plus voir les contenus sur l'automutilation, le suicide et les troubles de l'alimentation, même si leurs amis les partagent

Les médias sociaux tels que Google, YouTube, Facebook, TikTok et Snapchat doivent faire face à des poursuites pour addiction des jeunes, selon un juge américain

Meta permet désormais aux utilisateurs de l'UE de dissocier leurs comptes Facebook, Messenger et Instagram, afin de se conformer à la loi sur les marchés numériques (DMA)

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/04/2024 à 11:41
Je vois que qu'effectivement c'est toujours dans les tuyaux...

Décidément l'Europe c'est vraiment pas l'amour des peuples et des nations, c'est bel et bien l'antichambre du quatrième Reich.

Et dire qu'ils sont aussi en train de pousser à la création d'un état européen pour définitivement nous spolier des états nations, on sera vraiment tout nus si ils arrivent à passer ça.
7  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 01/02/2024 à 13:15
Mark Zuckerberg s'excuse auprès des familles des enfants qui se sont suicidés après avoir rejeté la suggestion de créer un fonds de compensation
Si il veut vraiment faire quelque chose, qu'il mette en place une vraie modération, mais bien sûr que ne sera pas fait.
3  1 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/04/2024 à 7:48
Pensez-vous que ces avis sur la loi KOSA sont crédibles ou pertinents ?
Oui, je penses qu'ils le sont. Les jeunes qui s'expriment sont en cours de construction, ils sont curieux, veulent comprendre, cherchent les limites des "réflexions des adultes".
Ils veulent donc un minimum de contrainte.
Dans leurs expérimentations ils iront trop loin et apprendront quelles sont leurs limites personnelles.
C'est comme ça qu'un ado ce construit.

Quel est votre avis sur le sujet ?
Je penses que les législateurs sont d'accord avec ce que disent ces jeunes, et que c'est leur objectif.
Je penses que protéger nos ados ne passe pas par l'interdiction mais pas l'accompagnement avant et après. Mais ça demande bien plus de travail et de souplesse intellectuelle que d'interdire.
Les jeunes ont besoin d'espaces sûrs et d'explorer les limites. Ils ont besoin des deux de se construire.
3  1 
Avatar de Lcf.vs
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 11/04/2024 à 23:15
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Je penses que protéger nos ados ne passe pas par l'interdiction mais pas l'accompagnement avant et après. Mais ça demande bien plus de travail et de souplesse intellectuelle que d'interdire.
Les jeunes ont besoin d'espaces sûrs et d'explorer les limites. Ils ont besoin des deux de se construire.
J'irais même jusqu'à dire que ça nécessite de l'honnêteté intellectuelle !

Mais, bon, on est dans une époque où les gens n'en n'ont même plus rien à foutre d'avoir tort ou raison, iels veulent juste qu'on soit dans leur camp, peu importe ce qu'iels avancent... et même en sachant pertinemment avoir tort.
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 19/04/2024 à 0:31
Il me semble pourtant que cette horreur totalitaire avait été rejeté ???
Ça revient sur la table ?
1  0 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 19/04/2024 à 9:06
Il me semble pourtant que cette horreur totalitaire avait été rejeté ???
Ça revient sur la table ?
J'ai parcouru un peu l'actualité sur le site de la grande kommandantur et du soviet supreme du parlement européen et de la commission européenne et je crois qu'ils vont effectivement devoir relancer la machine car on arrive au bout du statut quo sur leur dernière tentative de nous asservir :

Mercredi, le Parlement décidera de l'extension jusqu’en 2026 de dérogation aux règles de l'UE permettant aux plateformes Internet de détecter les contenus pédopornographiques en ligne.

Une dérogation aux règles européennes en matière de protection de la vie privée en ligne permet actuellement de détecter les contenus pédopornographiques (CSAM) en ligne, mais celle-ci doit expirer en août 2024. Afin de conserver les mesures actuelles en vigueur jusqu’à ce que le Parlement et le Conseil se mettent d’accord sur de nouvelles règles permanentes, leurs négociateurs ont décidé de proroger la dérogation actuelle jusqu’au 3 avril 2026. Mercredi, la plénière devrait donner son accord final à cette extension temporaire.
J'ai pas trop poussé la recherche, je ne vois que des trucs qui m'énerve sur ce site. Comme par exemple qu'ils sont en train de pousser une réglementation pour qu'une partie de la bouffe produite en UE aille dans la production de bio carburant. Ou que ça dépose encore des textes pour autoriser l'utilisation de plus d'OGM. Ils appellent ça des NTG maintenant, sont malins les diables. Nouvelle technique génomique, les anciennes faisaient trop peur.

Ainsi, les NTG ont le potentiel de contribuer aux objectifs d’innovation et de durabilité du pacte vert pour l’Europe et des stratégies «De la ferme à la table», en faveur de la biodiversité et d’adaptation au changement climatique, à la sécurité alimentaire mondiale, à la stratégie pour la bioéconomie et à l’autonomie stratégique de l’Union.
C'est orwellien.
1  0 
Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 19/04/2024 à 9:44
De l'autre côté, il y aura certainement des faux positif.

Imaginer qu'un faux positif accuse un ministre, que ça aille dans la presse, et que même pas 24h plus tard, ils affirment (et c'est vrai) qu'il s'agit d'un faux positif. Je vous pari que sa carrière sera quad même fichu avec des gens qu'ils l'auront inscrit dans l'HHHistoire comme pédo.
1  0 
Avatar de Nym4x
Membre averti https://www.developpez.com
Le 24/04/2024 à 5:36
Les pédophiles trouveront un autre moyen pour leurs activités criminelles et ne sont déjà pas assez bêtes pour mettre quoique ce soit dans le cloud. Il s’agit juste d’une grave atteinte à nos droits les plus fondamentaux assorti d’une cause noble afin de la faire passer. Car si vous êtes contre c’est que vous êtes pour la pédocriminalité. Cela ouvre la voie au profilage et fichage politique en plus par des sociétés privées afin d’instaurer une surveillance à la big brother.
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 22/02/2024 à 12:02
La loi KOSA c'est au minimum ça :



Car en fait, c'est encore pire. En 68, il n'était pas question d'interdire totalement aux jeunes de s'exprimer.
En ce moment aux USA (et pas que) il est question de limiter, voir interdire, l'accès des jeunes à des moyens d'expressions standard de l'époque actuelle.
Il suffit de regarder l'histoire pour se rendre compte que l'expression dissidente est souvent venu des plus jeunes, et par des moyens couramment employés par la jeunesse à l'époque.
Que ces moyens d'expressions abusent de leur monopoles par différents moyens (voir même limitent ou manipulent volontairement l'expression dissidente), c'est effectivement un problème, mais qui n'a plus rien à voir avec l'accès à ces mêmes moyens d'expressions.
0  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 22/02/2024 à 12:29
Une lueur d'espoir dans tout ça : https://www.raddi.net/

Pour l'instant le développement avance lentement, mais ce projet me semble prometteur, notamment parce qu'il fait parti des réseaux décentralisé, donc difficilement attaquable sur le plan juridique.
Après le développement n'atteindra peut-être jamais la phase final, impossible de savoir.
0  0