IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les médias sociaux reprogramment le cerveau des enfants et les rendent accros aux "j'aime"
Les plus jeunes sont plus dépendants en consultant les réseaux sociaux environ 15 fois par jour

Le , par Sandra Coret

1PARTAGES

6  0 
Une nouvelle étude met aujourd'hui en lumière une autre raison pour laquelle vous devriez limiter le temps passé devant l'écran par votre enfant. De nouvelles recherches menées par l'université de Caroline du Nord ont montré comment un tel comportement peut finir par reprogrammer le cerveau d'un enfant. De même, elle a expliqué comment cela les rendait accros aux "likes".

Les experts ont prouvé que ce sont les plus jeunes qui sont plus dépendants et qu'ils sont si sensibles aux réactions aux messages sociaux. Il peut s'agir des habituels "likes" et commentaires, comme le confirment les psychologues.

Une grande partie du feedback social implique des récompenses sociales ainsi que des punitions, comme un pouce levé ou baissé, tout en fournissant des tags et en signalant le contenu de différents types. Il y a aussi les évaluations par étoiles qui occupent le devant de la scène.

Selon les chercheurs, cette anticipation croissante et ce comportement addictif incitent de plus en plus de personnes à surveiller leurs comptes. De nouvelles découvertes suggèrent qu'un tel comportement au cours des premières années de la vie a la capacité d'affiner la sensibilité du cerveau aux récompenses et aux punitions.

Ce comportement devient une habitude au début de l'adolescence et peut conduire à une hypoactivation et à des niveaux plus élevés de sensibilité aux signaux au fil du temps.

Tout ceci est prouvé par la science, car il montre comment le cerveau se modifie avec le temps et qu'il y a un changement dans la structure et la fonction, tandis qu'un élément de réorganisation se produit. Par conséquent, il ne serait pas faux d'appeler cela une période de développement. Ensuite, la pression des pairs exercée par la société commence également à se faire sentir.

Mais qui sont les plus à risque ? D'après cette étude, ce sont les jeunes qui consultent les médias sociaux environ 15 fois par jour qui sont les plus exposés.

L'étude a porté sur 169 élèves provenant de près de trois collèges publics différents situés dans l'État de Caroline du Nord. L'étude a duré trois ans et tous les participants ont déclaré qu'ils surveillaient les applications de médias sociaux comme Facebook, Instagram et Snapchat. De plus, certains admettaient qu'ils s'adonnaient réellement à cette activité 20 fois par jour.


Certains ont même participé à des tâches de retardement des incitations sociales, où les réponses de leur esprit étaient calculées lorsqu'ils prévoyaient d'obtenir des récompenses sociales et de se débarrasser du besoin de punitions sociales.

Entre-temps, une nouvelle étude a démontré que 78 % des personnes âgées de 13 à 17 ans continuaient à consulter leur téléphone toutes les heures, tandis que 35 % regardaient constamment les cinq principaux réseaux. Dans le cadre de cette étude, les auteurs ont souligné que les étudiants qui regardent les médias sociaux environ 15 fois par jour sont les plus sensibles de tous, en termes de réactions sociales.

En outre, ces résultats ont même prouvé que de nombreux enfants grandissent en pensant que les médias sociaux sont la voie à suivre et qu'ils deviennent plus sensibles aux commentaires de leurs amis.

Source : Université de Caroline du Nord

Et vous ?

Trouvez-vous cette étude pertinente ?
Quelle ampleur ce phénomène a-t-il pris dans votre entourage ?
Limitez-vous le temps que vos enfants passent sur leur téléphone ?

Voir aussi :

Les écoles publiques de Seattle poursuivent les géants des réseaux sociaux pour la crise de santé mentale des jeunes*: faut-il interdire les réseaux sociaux aux plus jeunes ?

Les enfants devraient avoir des sections séparées sur les sites de médias sociaux, préconise un coroner britannique, qui recommande également la vérification de l'âge sur ces différents sites

La santé mentale des adolescents est en chute libre et les médias sociaux en sont une cause majeure, une étude de Jonathan Haidt

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 16/01/2023 à 8:02
Trouvez-vous cette étude pertinente ?[
C'est la 1000eme sur le sujet donc elle est probablement pertinente mais n'a pas beaucoup de valeur ajouté.
Quelle ampleur ce phénomène a-t-il pris dans votre entourage ?
Je suis peu pratiquant du "pouce bleu" et pas pratiquant du "pouce rouge" et je suis relativement hermétique à cette pratique.
Mais je vois que certains y sont très sensibles, je me trouve relativement souvent relancé par un ami qui me reproche de ne pas avoir liker son post dans l'heure (je risque de ne même pas de faire du tout donc bon)
Sur ce forum, les gens ont l'air de plus se tracasser des pouces rouges (anticipés ou non), ne tout cas ils s'expriment plus à propos de ceux ci.
Je vois que certains se font une idée sur une vidéo ou un post a priori avant même de le lancer.
Limitez-vous le temps que vos enfants passent sur leur téléphone ?
Je n'ai pas d'enfant ce qui simplifie grandement les choses. Néanmoins je fais attention à l'attirance qu'a mon filleul pour les écrans ou mon GSM, notamment quand l'effet hypnotique des écrans regardés de façon passive.
0  0