IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'UE veut imposer une meilleure autonomie des batteries de téléphone et des pièces de rechange,
Mais un groupe qui défend les intérêts d'Apple, Google, LG et Oppo s'oppose à cette initiative

Le , par Bill Fassinou

12PARTAGES

5  0 
Bruxelles a dévoilé des propositions de réglementations plus strictes visant à améliorer l'autonomie des batteries des smartphones et à faciliter la disponibilité des pièces détachées. À travers ce projet de loi, les fabricants de smartphones qui approvisionnent l'Union européenne seront tenus de fournir des pièces de rechange pendant au moins cinq ans à compter de la date d'introduction d'un appareil et de garantir une durée de vie plus longue de la batterie. Mais un groupe représentant Apple, Google, Samsung et d'autres fabricants de smartphones s'est opposé aux propositions de la Commission européenne.

Deux des plus grands problèmes actuels du secteur des appareils électroniques, en particulier des ordinateurs et des smartphones, sont leur faible score de réparabilité et le manque de pièces de rechange. Ainsi, un smartphone pour lequel vous avez payé tant d'argent cesse soudainement de fonctionner et il est beaucoup plus facile d'en acheter un nouveau que de le réparer. Le danger est que cette situation oblige les consommateurs à dépenser plus dans l'achat d'un nouveau modèle et selon les écologistes, elle augmente également considérablement la quantité de déchets électroniques dans la nature. L'UE cherche désormais à limiter les dégâts.

La Commission européenne cherche à améliorer la durée de vie des batteries des téléphones et des tablettes, ainsi que la disponibilité des pièces de rechange. Dans des projets de propositions publiés cette semaine, les régulateurs européens prévoient d'obliger les fabricants de téléphones à fournir au moins 15 pièces différentes aux réparateurs professionnels pendant cinq ans après la première mise en vente d'un appareil. Les consommateurs bénéficieront également d'un accès garanti aux batteries de remplacement, aux écrans, aux chargeurs, aux couvertures arrière et même aux plateaux de cartes SIM/mémoire pendant cinq ans.



Les projets de propositions visent à améliorer la réparabilité des smartphones et des tablettes et à réduire leur empreinte carbone en Europe. Les propositions exigent également que les batteries survivent à au moins 500 charges complètes sans se détériorer en dessous de 83 % de leur capacité. Les téléphones devront également afficher un label d'efficacité énergétique, semblable à ceux utilisés pour les appareils électroménagers comme le lave-linge et les lave-vaisselle, qui indiquera l'endurance de la batterie et d'autres caractéristiques telles que la résistance aux chutes. Les experts du climat voient plusieurs avantages dans cette démarche.

Selon les experts, prolonger de cinq ans la durée de vie des smartphones équivaudrait à retirer 5 millions de voitures de la circulation. L'UE fait valoir que le fait d'obliger les fabricants à fabriquer des produits plus durables et plus faciles à réparer devrait permettre de réduire les déchets électroniques et d'améliorer les taux de recyclage et la réutilisation des matériaux nécessaires à la fabrication des appareils. Selon les plans de l'UE, si les fabricants ne peuvent pas fournir des batteries aux consommateurs pendant cinq ans, ils devront satisfaire à des tests d'endurance de celles-ci. Elles ne doivent pas se détériorer en dessous 80 % après 1 000 charges complètes.

Les nouvelles propositions couvrent également les logiciels, et exigent des fabricants qu'ils fournissent des mises à jour de sécurité pendant cinq ans après que les appareils ont quitté le marché et des mises à jour de fonctionnalité pendant trois ans. Les fabricants seront également contraints de veiller à ce que les mises à jour logicielles n'aient jamais d'effet négatif sur la durée de vie des batteries. Cela devrait pousser Apple à revoir la façon dont elle déploie les mises à jour sur les anciens iPhone. Par le passé, l'entreprise a été accusée de réduire la durée de vie des batteries et les performances des anciens iPhone lors des mises à jour.

En 2017, Apple a reconnu officiellement avoir déployé une mise à jour permettant de limiter la performance des vieux iPhone dans le souci de préserver la batterie et les composants du smartphone. Toutefois, cette hypothèse ne semble pas avoir convaincu une partie des utilisateurs concernés qui a porté l’affaire devant les tribunaux. En outre, aujourd'hui encore, les appareils électroniques fabriqués par Apple, notamment l'iPhone et le MacBook, comptent parmi les appareils les plus difficiles à réparer du marché. Un rapport publié cette année par l'organisation américaine PIRG a donné un "F" comme score de réparabilité aux iPhone.

Selon le même rapport, les ordinateurs portables et les smartphones fabriqués par Apple, Microsoft et Google sont beaucoup moins faciles à réparer que ceux de leurs concurrents Asus, Dell et Motorola. Ces conclusions ne sont peut-être pas surprenantes pour les personnes qui aiment réparer des gadgets, mais les données qui les étayent proviennent d'une source inhabituelle : les entreprises elles-mêmes. Le rapport s'appuie sur les données que les entreprises publient en France pour se conformer à la première loi gouvernementale sur « l’indice de réparabilité », entrée en vigueur l'année dernière.

Cette semaine, l'association professionnelle Digital Europe - dont les membres comprennent Apple, Google, Huawei, LG, Oppo, Samsung, Xiaomi et d'autres fabricants de smartphones - s'est opposée aux nouvelles propositions. Le groupe affirme que, loin de réduire les déchets, l'obligation de produire les pièces détachées en créerait au contraire. « Une surproduction potentielle, le stockage et la destruction ultérieurs des pièces détachées entraîneront naturellement un gaspillage de ressources, une efficacité matérielle réduite et une valeur économique négative, ce qui se traduira finalement par des coûts plus élevés pour le consommateur », a-t-il déclaré.

Certains analystes ont également exprimé leur crainte que les petites entreprises aient du mal à faire face aux coûts des nouvelles exigences, ce qui pourrait rendre les smartphones moins abordables. Il pourrait également être moins économique de produire des modèles à très bas prix. Ces projets de proposition font suite à la proposition faite par les législateurs de l'UE au début de l'année d'imposer un chargeur universel pour les téléphones mobiles et autres appareils. Le Parlement européen avait alors affirmé que les chargeurs inutilisés et mis au rebut représentent environ 11 000 tonnes de déchets électroniques en Europe chaque année.

Si les nouvelles réglementations tentent de s'attaquer à la réparabilité et d'améliorer la fiabilité, la Coalition environnementale sur les normes (ECOS) estime qu'ils ne vont pas assez loin. « Bien que généralement encourageantes, les propositions devraient encore être considérablement améliorées. La disponibilité et le remplacement de certaines pièces détachées fixent des limites inutiles pour les réparateurs bricoleurs », déclare l'ECOS.

Source : La Commission européenne

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des propositions de la Commission européenne ?
En quoi ces nouvelles règles pourraient-elles être avantageuses pour les consommateurs ?
Selon vous, ces nouvelles règles permettront-elles de réduire la quantité de déchets électroniques dans l'UE ?

Voir aussi

Apple recoit un "F" pour les réparations difficiles de ses iPhone, d'après un rapport de l'US PIRG

Affaire des vieux iPhone : la première affaire juridique a été portée devant les tribunaux, un jour seulement après les aveux d'Apple

L'Allemagne fait pression sur l'UE et exige sept ans de mises à jour de sécurité et de pièces de rechange pour les smartphones, dans le cadre des négociations avec la Commission européenne

Le bogue de l'épuisement de la batterie d'iOS 14 serait un exemple d'obsolescence programmée, selon une action en justice contre Apple

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de vanquish
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/09/2022 à 8:29
Ce qu'il faudrait aussi obliger c'est la maintenance des systèmes.
J'ai pas moins de 2 téléphones, 2 tablettes et 2 ordinateurs portables parfaitement fonctionnels et assez puissant pour la plupart des applications quotidiennes, mais qui sont au débarras parce l'OS et/ou les applications ne sont plus maintenue et qu'il est impossible de les monter en niveau.

Certains constructeurs de téléphones sont tout fière d'annoncer 3 ou 4 ans de maintenances, mais un téléphone cela peut durer le double sans problème.
5  0 
Avatar de Fagus
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 01/09/2022 à 22:25
Les téléphones et le matériel informatique sont actuellement si puissants et leurs services rendus si avancés pour les usages courants, *qu'en théorie*, on pourrait les garder quasi-sans limite en changeant des pièces de temps en temps... (j'ai un PC tour qui va sur 10 ans... pour l'instant il est encore très rapide pour ce que j'en fais, à part l'encodage logiciel sur-optimisé en x265...)

Donc, renforcer la durée de vie du matériel va dans le bon sens. Par contre, c'est un vrai changement de modèle économique à inventer.

Pour les batteries, il y a plus simple même qu'inventer des super-batteries probablement plus chères. Il y a juste, programmer des gestionnaires de batteries, optimisés pour leur durée de vie.

De mémoire, quand on charge une batterie, Li-ion en charge lente, et qu'on l'utilise dans des cycles de charge-décharge entre 60 et 80% à la louche, on multiplie sa durée de vie par 5. C'est compliqué à faire à la main, mais en pratique, si ça fait durer la batterie 10 ans, on a jamais besoin de la changer.
En faisant ça, au bout de 5-7 ans (ma durée de vie moyenne de téléphone), la batterie a toujours la capacité d'origine. Donc, si on avait une option de charge écologique par défaut, ce serait déjà un grand progrès pour un coût nul.

Si on veut la tuer, il suffit de faire des cycle à quasi 0 à 100% en charge ultra-rapide et ça divise la durée de vie de beaucoup. C'est d'ailleurs le comportement par défaut des chargeurs...
4  0 
Avatar de onilink_
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/09/2022 à 0:07
Ouais, ou on pourrait aussi refaire ce qui existait avant... des batteries simples à enlever.
J'ai un Nokia 5230 (le truc a 10 ans), ça me prend littéralement 5 secondes pour changer la batterie (zéro vis, juste des clips qui d'ailleurs ne pètent pas).
3  0 
Avatar de Waikiki
Membre actif https://www.developpez.com
Le 02/09/2022 à 10:22
Le groupe affirme que, loin de réduire les déchets, l'obligation de produire les pièces détachées en créerait au contraire. « Une surproduction potentielle, le stockage et la destruction ultérieurs des pièces détachées entraîneront naturellement un gaspillage de ressources, une efficacité matérielle réduite et une valeur économique négative, ce qui se traduira finalement par des coûts plus élevés pour le consommateur », a-t-il déclaré.
C'est la que tu vois la mentalité/politique qu'ils ont de vendre à tout prix un nouveau produit.

Qui leur impose de sortir un smartphone tout les 6 mois / 1 an, si ce n'est l'appât du gain ? Ils pourraient tout aussi bien en sortir un tout les 4 ans, en proposant pièces de rechange voir quelques composants upgradable pour ceux qui le souhaitent. Fairphone le fait très bien (Ils pourraient même espacer encore un peu les sorties).
3  0 
Avatar de mith06
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 02/09/2022 à 10:11
Ils ont qu'a revoter les lois de la physique...
1  0 
Avatar de yannickt
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 03/09/2022 à 23:42
Je trouve que si les 5 ans sont une avancée, je préférerais qu'ils mettent 8 voire 10 ans. Mon téléphone à 5 ans (sorti il y a 7 ans), il marche encore très bien. A part la prise jack qui vient de me lâcher, mais inutile de changer, de toute façon, les nouveaux téléphones n'ont plus de prise jack...
0  0 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/09/2022 à 4:41
Je trouve abusif de s'y opposer.

L'obsolescence programmé n'a rien apporté de bon à part permettre aux entreprises d'être rentable.
Dans les armées, il y a encore du matériel datant de 1960 qui tourne toujours et qui est toujours opérationnel.

Etre rentable c'est une chose, et ayant une entreprise, je suis bien placé pour le savoir, mais être un connard égoïste, ça en est une autre.
Une entreprise ça doit avoir des limites fixées par la Loi sinon ça ne va surement pas s'en imposer et prétendre que la longévité des batteries poses des problèmes il faut arrêter le délire.

Que le matériel évolue sans cesse et à vitesse grand V. au contraire, mais qu'ils le fassent en justement, permettant d'être ultra modulaire et que du matériel désuet puisse être remplacé par du nouveau, via justement, la refonte de l'ancien.

Ces gens là sont vraiment sans scrupule et sans état d'âme, ils ne sont pas fichu de comprendre que la pollution, la dépendance, ... qu'ils engendrent, ils le font directement sur leur propres enfants, parents, ...

Ok on a tous qu'une vie et "fuck it" vue les inégalités, mais si déjà les entreprises ne sont pas contraintes à montrer l'exemple, il ne faut pas s'étonner ensuite.
0  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 05/09/2022 à 10:44
le problème c'est le monde arm, y'a aucun standard à l'opposé sur compatible pc, le standard inveté par ibm et toujours utilisé.

déja le form factor, sur pc les tailles de carte mère et boitier sont normalisé.
Ensuite niveau composant, sous arm faut un fichier pour décrire le matos, il n'y a un composant universelle pour détecter les composants (le bios...).

même si on peut changer la batterie, faut reprendre la même batterie du constructeur au risque au pire que la batterie explose ou au mieux que la nouvelle batterie ne soit pas totalement exploit (capacité, charge rapide...).

Il faut imposer a arm un standardisation des cartes mères et la mise en place d'un équivalent au bios.
et au smartphones une standardisation du form factor (a l'aide des cartes mère générique), afin de les rendre modulaire et de changer que les composants qu'on veut.

Petite transgression, quelle légitimité avons nous pour imposer des normes ? en Europe nous ne produisons aucun smartphones et même si on le voulait plus aucun ingénieurs en Europe ne saurait le faire. Bonne chance pour imposer aux chinois nos conditions.
0  0