IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Voici comment vérifier par vous-même la présence de l'espiogiciel Pegasus sur votre téléphone
à l'aide de l'outil MVT les signes du logiciel espion peuvent être détectés sur votre appareil

Le , par Nancy Rey

24PARTAGES

22  0 
Le logiciel espion Pegasus de la société israélienne NSO Group aurait aidé les gouvernements de certains pays, dont l'Inde, à pirater les téléphones de milliers de militants, de journalistes et d'hommes politiques. Un consortium international de médias a révélé certains détails sur les cibles au cours des deux derniers jours. Cependant, la portée des attaques ciblées par Pegasus reste à définir. Entre-temps, des chercheurs d'Amnesty International ont mis au point un outil qui vous permet de voir si votre téléphone est visé par le logiciel espion. Appelé Mobile Verification Toolkit (MVT), cet outil a pour but de vous aider à identifier si le logiciel espion Pegasus a ciblé votre téléphone.

Les révélations sur Pegasus ont été portées par un consortium de 17 médias, coordonnés par l’association à but non lucratif française Forbidden Stories, adossés aux compétences techniques de l’ONG anglaise Amnesty International. Cette dernière fait actuellement face à de nombreuses demandes qui lui interdisent d’offrir son expertise informatique dans un délai raisonnable à toute personne qui en ferait la demande. Mais elle a publié le 16 juillet dernier un ensemble d’outils permettant de vérifier la présence de Pegasus sur un smartphone Android ou Apple accompagné d’une explication méthodologique complexe et d’une page d’aide. Si ces outils sont publics, le processus de détection nécessite des connaissances informatiques certaines, des heures de travail, ainsi que d’être équipé d’un ordinateur sous Linux ou Mac OS.


L'outil

NSO vante son espiogiciel comme étant un programme qui ne laisse aucune trace. Il est donc bien malaisé à détecter, mais des éléments médico-scientifiques, comme la communication avec certains serveurs utilisés par NSO, peuvent néanmoins être repérés, même si cela n'est pas une sinécure.
Amnesty explique en détail dans son rapport comment elle opère et si vous le voulez, vous pouvez télécharger l'outil sur Github. Pour utiliser l'outil d'analyse, le Mobile Verification Toolkit (MVT), vous devrez effectuer un backup de votre appareil Android ou iPhone, le porter sur votre desktop, puis le faire scanner. L'outil MVT recourt à une interface en ligne de commande, ce qui fait que vous devrez passer par un travail de saisie manuelle et avoir une certaine connaissance IT pour la rendre opérationnelle

Android vs iPhone

MVT fonctionne à la fois avec les appareils Android et iOS, bien que les chercheurs aient noté qu'il est plus facile de trouver des signes de compromission sur les iPhone que sur les appareils Android, car les traces médico-légales disponibles sur le matériel Apple sont plus nombreuses. « D'après l'expérience d'Amnesty International, les enquêteurs ont accès à beaucoup plus de traces médico-légales sur les appareils Apple iOS que sur les appareils Android standard, c'est pourquoi notre méthodologie est axée sur les premiers », a déclaré l'organisation non gouvernementale dans son étude.

L'outil scanne votre backup et place le tout dans une série de dossiers. Lorsqu'il trouve un fichier potentiellement compromettant, il émet un avertissement. Amnesty met cependant en garde contre les faux positifs. Partez du principe qu'il vous faudra compulser patiemment les fichiers. L'outil semble mieux fonctionner avec les iPhone qu'avec les téléphones Android, ce qui fait qu'Amnesty a pu effectuer davantage de vérifications de la présence de l'espiogiciel sur les appareils d'Apple. Cela est essentiellement dû au fait qu'iOS est plus transparent dans ses fichiers. Tout semble indiquer que l'outil scanne les fichiers sur iOS, alors que pour les téléphones Android, il se concentre surtout sur les messages de texte des ou vers les serveurs reliés à NSO.

En collaboration avec Amnesty International, l'association de journalisme Forbidden Stories, basée à Paris, a partagé une liste de plus de 50 000 numéros de téléphone avec le consortium de médias Pegasus Project. Sur l'ensemble de ces numéros, les journalistes ont pu trouver plus d'un millier de personnes dans 50 pays qui auraient été ciblées par le logiciel espion Pegasus. La liste des cibles comprend des journalistes travaillant pour des organisations telles que The Associated Press, Reuters, CNN, The Wall Street Journal et The Wire en Inde, entre autres. Certaines personnalités politiques, dont Rahul Gandhi du Congrès national indien et le stratège politique Prashant Kishore, ont également été récemment déclarées comme faisant partie des cibles.

Prudence

À l’avenir, il est possible que soient mis à disposition du grand public des tests basés sur la méthodologie d’Amnesty et dotés d’une interface graphique plus simple à prendre en main. Les outils de l’ONG sont en licence open source : ils peuvent être dupliqués et modifiés librement.
Si, depuis quelques jours, plusieurs services en ligne prétendent proposer un « test Pegasus » fiable, il est pour l’heure fortement déconseillé d’avoir recours à ces services prétendant pouvoir détecter le logiciel espion. Ils pourraient cacher une escroquerie ou un logiciel malveillant. Rappelons que les chances pour le grand public d’avoir été infecté par Pegasus demeurent faibles.

Sources : Amnesty international, Github, Page d’aide MVT

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous du logiciel espion Pegasus de NSO Group ?

Voir aussi :

Pegasus : le logiciel espion aurait utilisé des exploits «sans clic» pour cibler des milliers d'iPhone, E. Macron, 14 ministres français et d'autres chefs d'État sur la liste des personnes ciblées

« Projet Pegasus » : Amazon débranche les serveurs de l'entreprise de surveillance NSO Group. Alors que l'enquête continue sur le rôle joué par la société dans la surveillance de milliers de personnes

Le "projet Pegasus" : de nombreux États utiliseraient un logiciel espion pour cibler leurs concitoyens. Des hommes politiques et des journalistes auraient été espionnés dans au moins 50 pays

Pegasus, l'un des logiciels espions les plus sophistiqués a été détecté sur Android. Google recommande cinq conseils de base pour s'en prémunir

AWS déconnecte les serveurs de Parler suite à son implication supposée dans l'organisation des émeutes du Capitole. Le réseau social utilisé par les partisans de Trump n'est plus accessible

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 22/07/2021 à 11:22
« Trop, c'est trop » : NSO Group crie son ras-le-bol et annonce qu'il ne commentera plus les articles de presse
l'accusant d'avoir contribué à la surveillance de journalistes, hommes politiques, militants, etc.

NSO Group s'est retrouvé mêlé à un scandale de surveillance de masse sur le plan mondial depuis la semaine passée. De nombreux articles et rapports ont allégué qu'à travers ses outils d'espionnage, l'entreprise israélienne a facilité la surveillance et la mise sur écoute de dizaines de milliers de personnes à travers le monde, dont des journalistes, diplomates, militants des droits de l'homme, ministres… NSO Group a nié sans cesse ces allégations, mais les articles continuent d'être publiés et les demandes commentaires arrivent toujours à son bureau. Mercredi, l'entreprise a dit qu'elle en a marre et qu'elle ne traitera plus de la question avec aucun média.

Forbidden Stories, un consortium de médias basé à Paris, a révélé que le logiciel de piratage téléphonique Pegasus a été utilisé pour cibler potentiellement des milliers de personnes dans le monde entier, dont des journalistes français, Emmanuel Macron… Ensuite, un groupe de médias du monde entier ont publié un nombre important d'articles détaillant de présumés abus du logiciel espion Pegasus de NSO Group dans plusieurs pays. Ces articles s'appuient sur une liste de plus de 50 000 numéros de téléphone qui a fait l'objet d'une fuite et qui serait constituée de personnes présentant un intérêt pour les clients de l'entreprise.



Les médias, avec l'aide de Forbidden Stories et d'Amnesty International, ont passé au peigne fin cette liste de numéros de téléphone. Le laboratoire de sécurité d'Amnesty International a analysé 37 smartphones figurant sur la liste, et aurait trouvé des preuves qu'ils ont été soit piratés, soit ciblés par le logiciel Pegasus de NSO Group. Les allégations sur le rôle de l'entreprise dans l'affaire continuent jusqu'à présent, même si elle a nié toute implication. L'on ne sait toujours pas exactement ce qu'est cette liste ni la façon dont elle a été compilée et par qui cela a été fait. Et c'est exactement ce sur quoi NSO se concentre dans son dernier démenti.

Dans de nouvelles clarifications publiées mercredi, répondant aux rapports de Forbidden Stories et d'autres médias et organisations, NSO Group a déclaré que toute affirmation selon laquelle un nom figurant dans la liste ayant fait l'objet d'une fuite est nécessairement lié à une cible ou à une cible potentielle de Pegasus est erronée et fausse. « Trop, c'est trop ! ​», a écrit un porte-parole de la société israélienne dans une déclaration envoyée par courriel aux agences de presse. En effet, malgré ses nombreuses déclarations qui n'ont finalement pas servi à mettre fin aux allégations, NSO Group a déclaré qu'il ne commentera plus l'affaire.

« À la lumière de la récente campagne médiatique planifiée et bien orchestrée par Forbidden Stories et poussée par des groupes d'intérêts spéciaux, et en raison du mépris total des faits, NSO Group annonce qu'il ne répondra plus aux demandes des médias sur cette question et qu'il ne jouera pas le jeu de la campagne vicieuse et calomnieuse. Nous le répétons : la liste n'est pas une liste de cibles ou de cibles potentielles de Pegasus. Les numéros figurant sur la liste ne sont pas liés à NSO Group. Toute affirmation selon laquelle un nom de la liste est nécessairement lié à une cible ou une cible potentielle de Pegasus est erronée et fausse ​».

« NSO est une société technologique. Nous n'exploitons pas le système et n'avons pas accès aux données de nos clients, qui sont pourtant obligés de nous fournir ces informations dans le cadre d'enquêtes. NSO enquêtera de façon minutieuse sur toute preuve crédible de mauvaise utilisation de ses technologies, comme nous l'avons toujours fait, et fermera le système si nécessaire. NSO poursuivra sa mission de sauver des vies, en aidant les gouvernements du monde entier à prévenir les attaques terroristes, à démanteler les réseaux de pédophilie, de sexe et de trafic de drogue, à localiser les enfants disparus et kidnappés, à localiser les survivants piégés sous des bâtiments effondrés, et à protéger l'espace aérien contre la pénétration perturbatrice de drones dangereux ​».

En réponse à la déclaration de NSO Group, des médias ont rappelé qu'il s'agit d'une habitude chez l'entreprise israélienne. Un commentaire sur le sujet stipule qu'au fil des ans, NSO Group s'est attaqué de manière répétée aux reportages sur l'entreprise, qui ont montré à de nombreuses reprises qu'elle compte parmi ses clients des régimes autoritaires qui ciblent les journalistes, les activistes, les dissidents et autres. Des reportages auraient montré que NSO Group dispose de puissantes capacités de piratage et que ces capacités ont été utilisées de manière abusive au sein de l'entreprise et par ses clients.

Les articles publiés ce week-end par le consortium de journalistes constituent le plus grand déversement de données sur NSO Group à ce jour, ce qui explique pourquoi les rapports ont suscité une telle attention. Toutefois, des incertitudes subsistent quant à l'origine des informations utilisées dans la dernière série de rapports et quant à ce que révèle la liste des numéros de téléphone. Dans sa déclaration, la société répète l'argument habituel selon lequel NSO Group n'exploite pas d'infrastructure de surveillance et n'a aucune visibilité sur ce que font les clients ou sur les personnes qu'ils piratent, ce que beaucoup qualifient de faux et d'argument marketing.

Par ailleurs, la société a également déclaré qu'elle enquête régulièrement sur les allégations d'abus. Dans un récent rapport de transparence, NSO Group aurait déclaré avoir coupé les liens avec cinq clients depuis 2016 « à la suite d'une enquête sur des abus ​». Cependant, la société n'a jamais nommé les clients dont il s'agit ni les circonstances spécifiques. Selon les analystes, sa dernière déclaration suit une stratégie similaire : nier sans donner de détails sur la façon dont l'entreprise est arrivée à la conclusion que les accusations sont fausses.

John Scott-Railton, chercheur principal au Citizen Lab, un organisme de surveillance des droits numériques hébergé à la Munk School de l'Université de Toronto, qui enquête sur NSO Group depuis des années, a déclaré : « NSO est tombée dans un schéma familier : elle sort de l'ombre, mais lorsque ses démentis sonnent faux, elle tente de se retirer dans l'ombre ​». Côté français, le président Emmanuel Macron, 14 ministres et plusieurs journalistes figurent sur la liste des personnes ciblées.

Mediapart a déposé une plainte auprès du procureur de la République de Paris, à la suite des révélations selon lesquelles ses journalistes Edwy Plenel et Lénaïg Bredoux auraient été espionnés par les services secrets du Maroc. Lundi dernier, le Canard enchainé a déclaré qu’il porterait plainte devant le parquet de Paris pour espionnage de son ancienne journaliste Dominique Simonnot. « C’est un véritable scandale d’écouter des journalistes. Ils ont eu accès à mes contacts, à toute notre vie privée, professionnelle », a-t-elle dénoncé.

Source : NSO Group

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Pensez-vous que NSO Group est au courant des agissements de ses clients ?
Que risque la société si elle est reconnue coupable de surveillance de masse ?
Que pensez-vous de l'utilisation de logiciels espions comme Pegasus de NSO Group par les gouvernements ?
Les gouvernements impliqués dans la surveillance et l'écoute de leurs propres concitoyens répondront-ils de leurs actes ?
Pensez-vous que de tels logiciels doivent être vendus ? Doit-on laisser l'industrie des logiciels espions privés fleurir davantage ?
Les plaintes qui visent l'entreprise aboutiront-elles à des sanctions ou seront-elles étouffées comme cela a été le cas les années précédentes ?
NSO Group prône des valeurs morales et prétend que ses logiciels sauvent des vies. Mais y a-t-il une morale dans le fait de vendre des logiciels espions ?

Voir aussi

« Projet Pegasus » : Amazon débranche les serveurs de l'entreprise de surveillance NSO Group, alors que l'enquête continue sur le rôle joué par la société dans la surveillance de milliers de personnes

Pegasus : le logiciel espion aurait utilisé des exploits «sans clic» pour cibler des milliers d'iPhone. E. Macron, 14 ministres français et d'autres chefs d'État sur la liste des personnes ciblées

Le "projet Pegasus" : de nombreux États utiliseraient un logiciel espion pour cibler leurs concitoyens. Des hommes politiques et des journalistes auraient été espionnés dans au moins 50 pays
18  0 
Avatar de Nancy Rey
Chroniqueuse Actualités https://www.developpez.com
Le 30/07/2021 à 10:21
Israël ouvre une enquête sur le fabricant de Pegasus, NSO Group,
et le ministre israélien de la Défense déclare que son pays enquête sur l'affaire Pegasus "avec le plus grand sérieux"

Des représentants du gouvernement israélien ont visité mercredi les bureaux de NSO Group (société de cybersécutité israélienne conceptrice de Pegasus) afin d'enquêter sur les allégations selon lesquelles les logiciels espions de la société ont été utilisés pour cibler des activistes, des politiciens, des chefs d'entreprise et des journalistes, a déclaré le ministère de la Défense du pays dans un communiqué. Parallèlement, le ministre de la Défense israélienne, Benny Gantz, est arrivé à Paris pour une visite préétablie, au cours de laquelle il a discuté des révélations de Pegasus avec son homologue française, Florence Parly. Gantz a déclaré mercredi à la ministre française de la Défense, Florence Parly, qu'Israël enquêtait sur cette affaire "avec le plus grand sérieux".


Des autorités de plusieurs agences du gouvernement israélien ont visité les bureaux de NSO Group dans le cadre d'une nouvelle enquête sur les allégations selon lesquelles la société vend ses logiciels espions à des acteurs de la menace pour des attaques ciblées, selon le ministère israélien de la Défense. Un seul tweet du ministère a annoncé le raid mercredi, mais n'a pas révélé exactement quelles agences gouvernementales ont participé. Plus précisément, les agents israéliens ont visité les bureaux de NSO Group à Herzliya, près de la ville de Tel-Aviv. « Des représentants de plusieurs organismes sont venus aujourd'hui chez NSO pour examiner les publications et les revendications soulevées dans cette affaire », a tweeté le ministère (traduction Google de l'hébreu). Mais les médias israéliens ont précédemment rapporté que le ministère des Affaires étrangères, le ministère de la Justice, le Mossad et les services de renseignement militaire s'intéressaient également à l'entreprise.

Le PDG de NSO Group, Shalev Hulio, a confirmé que la visite avait eu lieu, mais a maintenu les démentis de la société selon lesquels la liste publiée par les journalistes était liée à Pegasus. « C'est vrai. Je crois que c'est très bien qu'ils vérifient, puisque nous connaissons la vérité et nous savons que la liste n'a jamais existé et n'est pas liée à NSO »., a-t-il déclaré.

Enquête ouverte

Selon le média israélien Calcalist, les mesures prises par le gouvernement israélien constituent le point de départ d'un effort visant à faire la lumière sur un rapport intitulé "Pegasus Project", qui a examiné les données divulguées par le groupe NSO et a déclenché un incident international qui s'intensifie rapidement.

Les rapports font état d’une liste de plus de 50 000 numéros de téléphone portable stockés par l'entreprise dans le monde entier. Il affirme que le logiciel malveillant Pegasus est utilisé pour cibler des militants, des journalistes, des chefs d'entreprise et des hommes politiques à grande échelle. Dix-sept organisations de médias ont participé à l'enquête, qui a également accusé NSO Group de vendre Pegasus à des tiers non identifiés, y compris des gouvernements. Ces entités l'utilisent ensuite pour infecter les téléphones de dissidents et d'autres personnes susceptibles de critiquer un régime donné.

Le logiciel malveillant peut secrètement prendre le contrôle à distance du téléphone pour surveiller l'activité, permettant aux "clients" de lire même les messages chiffrés de leurs cibles envoyés via Signal et Telegram. Le rapport a déclenché une réaction mondiale contre les activités présumées de NSO, l'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International qualifiant de « crise mondiale des droits de l'homme » la « vaste échelle des violations perpétrées par la cybersurveillance secrète ».

À ce stade, la source et la signification de la liste restent floues, mais de nombreux téléphones figurant sur cette liste ont été piratés, selon l'analyse technique du laboratoire de sécurité d'Amnesty International. Lorsqu'on lui a demandé si le processus d'enquête du gouvernement allait se poursuivre, Shalev Hulio a répondu qu'il espérait que ce serait le cas. « Nous voulons qu'ils vérifient tout et s'assurent que les allégations sont fausses », a-t-il ajouté.

Un scandale international

Malgré les démentis catégoriques, le "projet Pegasus" a attiré l'attention internationale. Selon les médias français Le Monde et Radio France, des numéros d'Emmanuel Macron ainsi que ceux de l'ancien Premier ministre Edouard Philippe et de 14 autres membres du gouvernement, dont le chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian, figuraient « dans la liste des numéros sélectionnés par un service de sécurité de l'État marocain, utilisateur de Pegasus, pour un potentiel piratage ». « Si ces faits sont avérés (...) nous en tirerons toutes les conséquences, mais d'abord il faut qu'il soit prouvé qu'ils sont avérés », a avancé le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, à l'issue du Conseil des ministres, en soulignant que des « vérifications » étaient en cours. NSO a nié toute tentative de piratage de responsables français.

Le ministre israélien de la Défense Benny Gantz a assuré mercredi à son homologue française Florence Parly que son pays prenait "au sérieux" les allégations d'espionnage concernant le logiciel israélien Pegasus, soupçonné d'avoir aussi été utilisé contre le président Emmanuel Macron. Benny Gantz a abordé le sujet NSO et affirmé « qu'Israël prenait les allégations au sérieux », a relevé le ministère israélien de la Défense dans un communiqué. Il a souligné que l'État d'Israël ne donnait des autorisations d'exportation de produits cyber qu'à des États et seulement pour lutter contre le terrorisme et le crime. Florence Parly « lui a indiqué les clarifications qui sont aujourd’hui attendues par la France, et dont dépendent la confiance et le respect mutuel entre nos deux pays », a précisé le ministère français des Armées. Parly avait déjà précédemment indiqué vouloir saisir l'occasion de cet entretien bilatéral, prévu de longue date, pour savoir « quelle connaissance le gouvernement israélien avait des activités des clients de NSO » et comment le gouvernement israélien comptait « prévenir un détournement de ces outils hautement intrusifs ».

NSO n'est pas la seule société de piratage israélienne à faire parler d'elle ces derniers temps. Microsoft et le Citizen Lab de l'Université de Toronto ont également fait état récemment d'outils de piratage développés par Candiru qui ont ensuite été utilisés pour cibler des groupes de la société civile.

NSO Group est sous le contrôle direct du ministère israélien de la Défense, qui approuve chaque vente. Donc pour le gouvernement israélien, mener une enquête sur NSO ne sera pas facile, car c’est lui qui autorise les exportations du logiciel Pegasus en fonction de ses relations diplomatiques avec les différents états clients. Indirectement, la responsabilité du gouvernement israélien est donc également engagée dans cette affaire. Les critiques affirment que le processus d'octroi de licences d'exportation est défaillant, car il aboutit à des ventes à des régimes autoritaires qui ont utilisé les outils de piratage pour commettre des abus. NSO a récemment déclaré que la société avait coupé les vivres à cinq clients pour cause d'abus. Le ministère a déclaré la semaine dernière qu'il « prendra les mesures appropriées » s'il constate que NSO Group a violé sa licence d'exportation.

Sources : Calcalist, Twitter (1, 2)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Pegasus : le logiciel espion aurait utilisé des exploits «sans clic» pour cibler des milliers d'iPhone, E. Macron, 14 ministres français et d'autres chefs d'État sur la liste des personnes ciblées

E. Macron a changé son numéro après la découverte d'un de ses numéros sur la liste des cibles potentielles de Pegasus, Angela Merkel inquiète appelle à un encadrement des outils d'espionnage

« Trop, c'est trop » : NSO Group crie son ras-le-bol et annonce qu'il ne commentera plus les articles de presse, l'accusant d'avoir contribué à la surveillance d'hommes politiques et autres
15  0 
Avatar de nucle
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 22/07/2021 à 13:26
Pendant que je lisais l'article sur mon smartphone, j'ai reçu une notification : "Votre smartphone n'est pas espionné par Pegasus. Pas besoin de faire le test. Bonne journée. NSO." et puis une 2ieme : "Si si, il est touché par Pegasus. Bonne journée. NSA". Je ne sais plus quoi croire du coup.
7  0 
Avatar de Jules34
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 22/07/2021 à 13:38
Citation Envoyé par mouhsinium Voir le message
les juges auront leur dernier mot dans les prochains jours pour confirmer ce qui a annoncé Forbidden Stories.
La confiance en la justice y'a que ça de vrai !

/s
6  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre averti https://www.developpez.com
Le 22/07/2021 à 8:51
Spoiler alert, votre téléphone n'est point infesté par Lespiogiciel Pegasus
3  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/07/2021 à 10:54
Désolé, je ne voudrai pas gâcher la haute estime qu'ont d'eux-mêmes certains lecteurs de ce forum, mais je doute qu'ils soient suffisamment importants pour être la cible de Pegasus
3  0 
Avatar de 23JFK
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 22/07/2021 à 17:30
Moi je suis protégé, j'utilise le firewall libreoffice
3  0 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/07/2021 à 9:14
Il y a a peine quelque mois, c'était les américain qui se faisait prendre a avoir espionner l'Allemagne, Macron et bien d'autre. Personne n'avait trouvé a y redire.
3  0 
Avatar de Cpt Anderson
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 30/07/2021 à 10:34
C'est un peu comme si la DGSE se fait prendre la main dans le sac avec un de ses logiciels espions et que la France déclare qu'elle va enquêter.

C'est assez ridicule tout ça !
3  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre averti https://www.developpez.com
Le 30/07/2021 à 11:03
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
NSO Group est sous le contrôle direct du ministère israélien de la défense, qui approuve chaque vente. Donc pour le gouvernement israélien, mener une enquête sur NSO ne sera pas facile, car c’est lui qui autorise les exportations du logiciel Pegasus en fonction de ses relations diplomatiques avec les différents états clients. Indirectement, la responsabilité du gouvernement israélien est donc également engagée dans cette affaire.
Bon, je crois que quand on a lu ceci, on comprend rapidement de quoi il en retourne... De qui se moque-t-on?
2  0